Greta Thunberg.
Plein écran
Greta Thunberg. © AFP

Plus de 5000 jeunes attendus à Bruxelles pour marcher avec Greta Thunberg

Plus de 5.000 jeunes, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles sur base des informations données par les organisateurs, sont attendus vendredi après-midi à Bruxelles pour manifester aux côtés de la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg afin de réclamer une politique climatique plus ambitieuse à l'Union européenne.

Les manifestants se rassembleront dès 13h30 au Carrefour de l'Europe, devant la gare centrale à Bruxelles. Le départ est prévu à 14h00. La manifestation passera par le Mont des Arts, le Coudenberg, la place Royale, la rue de Namur, la porte de Namur, la rue du Champ de Mars, la rue du Trône, le clos du Parnasse, la place du Luxembourg, la rue d'Arlon, la rue Belliard, rue Froissart, et le rond-point Robert Schuman pour arriver dans la petite rue de la Loi et l'avenue de la Joyeuse entrée. La dislocation est prévue à 16h30. Des embarras de circulation sont attendus. La police conseille d'éviter les quartiers concernés en voiture et de privilégier les transports en commun en sous-sol.

Une cinquantaine de jeunes venus de toute l'Europe participeront à cette marche, soutenue par des différents mouvements comme Students for Climate, les Grands-parents pour le climat, WeMove et Avaaz. Adélaïde Charlier, représentante de Youth for Climate, préfère ne pas s'avancer sur le nombre de participants. Ceux qui seront présents porteront le message de Greta Thunberg, la figure de proue des jeunes qui militent pour le climat. Elle a déclaré mercredi face aux eurodéputés que la nouvelle proposition de "loi climat" dévoilée par l'exécutif européen promettait "trop peu, trop tard". 

"Cette loi Climat manque d'ambition dans ses objectifs, avec une réduction en 2030 de 40% des gaz à effet de serre (par rapport aux niveaux de 1990) voire de 50-55%, alors que selon le rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), il faut au minimum une réduction de 65%", défend Adélaïde Charlier. 

"En plus de cela, on n'a pas d'ambitions fixées d'ici à 2030. Si l'Union européenne n'arrive pas avec une loi européenne concrète à la COP 26, le reste du monde ne suivra pas. Cette loi Climat est censée être la première étape du Green Deal, le pacte qui vise à ce que l'Europe devienne neutre en carbone d'ici 2050, mais ses objectifs sont largement insuffisants. Le GIEC nous dit qu'il nous reste 8 ans avant d'avoir utilisé notre budget carbone, mais la loi Climat ne le prend pas en compte. L'UE essaie d'atteindre un budget de 100 milliards d'euros par an pour le Green Deal, alors que les experts disent qu'il en faudrait 260 pour atteindre une diminution de 40% des émissions en 2030", ajoute-t-elle.

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.