Plein écran
© Photo News

Pourquoi la crise du coronavirus sera “une catastrophe pour le climat”

“À long terme, cette crise sera une catastrophe pour le climat", estime François Gemenne, chercheur en sciences politiques à l'Université de Liège, dans un texte diffusé sur les réseaux sociaux cette semaine. Certains effets sont bénéfiques sur le court terme, comme la pollution de l'air qui diminue ou les émissions de gaz à effet de serre qui chutent. Mais à long terme, ces bienfaits seront sans doute insignifiants, pense l'expert.

“La nature reprend ses droits”. Vous avez peut-être déjà vu un commentaire de ce type depuis le début de la crise du coronavirus. “Attention à ces formules quasi religieuses. Ne nous réjouissons pas trop vite”, alerte François Gemenne. “On risque de faire exactement le contraire et d'offrir une bouée de sauvetage à l'économie du carbone”, précise-t-il. Plusieurs pays annoncent en effet déjà des plans de relance de leur industrie fossile ou des secteurs aériens.

“Beaucoup de gouvernements risquent d'en profiter pour remettre en cause les mesures de lutte contre le changement climatique, au nom de la relance économique”, écrit le chercheur. La Tchéquie et la Pologne ont déjà demandé d'abandonner le Green New Deal européen, observe-t-il. La Chine envisage de construire des centaines de centrales à charbon pour relancer son économie.

“Transformation irréversible”

François Gemenne estime que les mesures de confinement actuelles risquent en plus d'instiller l'idée que la lutte contre le changement climatique demande l'arrêt complet de l'économie. Dire qu'il faudrait “faire pareil pour le climat”, c'est risquer un rejet massif des mesures nécessaires pour l'environnement, écrit-il. 

L'expert ajoute que c'est en plus “absolument insensible pour la situation très compliquée que vivent beaucoup de familles en ce moment”. “Le changement climatique n'est pas une 'crise': c'est une transformation irréversible. Il n'y aura pas de retour à la normale, pas de vaccin. Il faut des mesures structurelles, pas conjoncturelles”, conclut-il.

  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.