Plein écran
La capitale Reykjavik © Thinkstock

Pourquoi la fonte des glaciers menace dangereusement la vie des Islandais

La planète se réchauffe, un constat implacable, mais en Islande,  terre de glace et de feu, les conséquences du changement climatique s’avèrent encore plus inquiétantes... 

Le 18 août dernier, à l’initiative d’un groupe de chercheurs, d’artistes et de militants écologistes, une stèle symbolique a été posée sur les vestiges de l’ancien glacier Ok, première victime du réchauffement climatique en Islande. Les “funérailles” d’Okjökull résonnaient comme un cri d’alarme pour la planète, relatait France info.  

11% de l’Islande

Cet été, l’Islande a connu des températures “extrêmes”, proches des 30°c, une météo rare pour un pays à la frontière du cercle polaire mais qui se répète de plus en plus régulièrement chaque année. Dans de telles conditions, la fonte des glaciers s’accélère: 40 km² par an, 2.000 km² depuis la fin du XIXe, précise France info. Or, en Islande, les 269 glaciers recouvrent plus d’un dixième (11%) de la superficie totale de l’île et ils pourraient tous disparaître d’ici 2200. Un bouleversement. 

Glaciers et volcans

En effet, comme l’explique cette animation de France info à découvrir ci-dessus, la plupart des glaciers islandais reposent sur des volcans et en fondant, ils exercent “de moins en moins de pression sur la roche. Un phénomène qui favorisera dans un avenir proche les éruptions volcaniques. Pour ne rien arranger, quand une éruption survient sous un glacier, elle provoque la “vidange brutale d’un lac glaciaire”, soit des inondations “soudaines et dévastatrices”.  

Production d’électricité

Autre conséquence préoccupante: libérée du poids de la glace, la croûte terrestre se soulève d’un à deux centimètres chaque année, ce qui affecte la vie des pêcheurs, notamment. L’eau des glaciers participent également massivement à la production d’électricité. 

Bref, en Islande, la vie du pays est organisée autour des glaciers et leur fonte met en péril toute une société. 

Plein écran
Images satellitaires du glacier Okjokull, surnommé Ok: à gauche, le 7 septembre 1986, à droite le 1er août 2019. © EPA
Plein écran
Premier monument à la mémoire du glacier Ok, première victime du réchauffement en Islande. © EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
© EPA
Plein écran
Les chutes de Seljalandfoss © thinkstock
  1. "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Notre pays doit s'impliquer de toute urgence: dans 100 jours, il devra remettre à l'Union européenne la version définitive de son Plan national Énergie-Climat. Ce dernier doit énumérer les objectifs et les mesures concrètes à mettre en place pour arriver à une société neutre en carbone d'ici 2050", avertit mercredi l'organisation de protection de la nature WWF dans un communiqué. Vendredi débute la semaine de l'action pour le climat, avec l'appel de Greta Thunberg et des jeunes Belges de Youth for Climate à descendre dans la rue.