Plein écran
© afp

Quatre skieurs de randonnée morts dans des avalanches ce week-end

Quatre skieurs de randonnée sont morts dans des avalanches ce week-end dans les Alpes, dont trois dimanche en Savoie, alors que les autorités appellent à la prudence en raison du redoux printanier. Dimanche matin, une avalanche s'est déclenchée sur le sommet de la Dent Parrachée, dans le massif de la Vanoise, à 3.600 mètres d'altitude, emportant six skieurs de randonnée, dont un guide de haute montagne et trois de ses clients, ont indiqué les CRS de Modane.

Deux d'entre eux sont décédés et deux autres très grièvement blessés ont été héliportés inconscients au CHU de Grenoble. Les deux dernières victimes pour l'une polytraumatisée, mais dont les jours ne sont pas en danger, ont été hospitalisées à l'hôpital de Saint-Jean-de Maurienne.

Ce sont trois skieurs indemnes qui redescendaient la voie, qui ont retrouvé les blessés, lesquels étaient tous équipés de détecteur de victimes d'avalanches (DVA). Les deux personnes tuées, dont l'identité n'a pas été révélée, ont été retrouvées enfouies sous la neige par les chiens d'avalanche des secouristes, a précisé la CRS de Modane.

"Alors qu'elles se trouvaient quasiment au sommet, les victimes ont été emportées par une avalanche qui les a traînées sur environ 400 mètres dans un couloir à 45 degrès", a expliqué le commandant de la CRS de Modane David Petitjean. La coulée de neige qui a dévalé près de 600 mètres de pente s'est produite sur la face sud du sommet, un itinéraire très fréquenté par les amateurs de ski de randonnée.

Cette pratique, exigeante, consiste à évoluer en-dehors des domaines skiables à l'aide de skis équipés de peaux synthétiques et de crampons adaptés au ski pour la montée. Un risque "marqué" dans les faces exposées au soleil Dimanche le risque d'avalanche en Savoie était évalué à 3 sur une échelle de 5, soit "marqué", dans les faces sud exposées au soleil, a indiqué la préfecture.

En raison de l'horaire matinal, l'avalanche ne serait pas, selon les premiers éléments recueillis, liée au réchauffement, a nuancé le commandant David Petitjean. "Il s'agirait plutôt d'une plaque à vent (plaque de neige déplacée par le vent NDLR) qui a cédé à leur passage", a ajouté le commandant.

Samedi après-midi, un skieur de randonnée de 60 ans a également été tué dans une avalanche dans le Champsaur (Hautes-Alpes) à environ 2.000 mètres d'altitude. Les préfectures des Hautes-Alpes et de Haute-Savoie avaient appelé les skieurs et randonneurs à la plus grande prudence face au "fort" risque d'avalanches, lié à la hausse des températures.

"Les conditions météorologiques très favorables attendues ce weekend, avec une forte hausse des températures, notamment 23° C dimanche, fragilisent le manteau neigeux", avait prévenu la préfecture des Hautes-Alpes.

Cependant l'avalanche demeure un phénomène difficilement prévisible, selon les professionnels. "L'exposition au vent, l'orientation au soleil, la déclivité de la pente, le taux d'humidité sont des paramètres qui varient d'un couloir à un autre" avait expliqué à l'AFP le Centre d'études de la neige de Météo-France.

Depuis le début de la saison, 31 personnes sont mortes dans des avalanches en France, selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (ANENA).

Au cours de l'hiver 2011-2012, treize personnes avaient trouvé la mort dans des avalanches. Il s'agissait du bilan le plus faible depuis 37 ans.