Plein écran

Régime ou écologie: il faut choisir!

Entre un régime végétarien et un autre hyper-protéiné, la production de CO2 varie fortement. Nous savons que la façon dont nous mangeons influence les émissions de gaz à effet de serre, mais lorsque nous pensons "régime", nous n'envisageons pas forcément que cela change quelque chose.

Selon cette étude du cabinet Greenext, spécialiste du calcul de l'impact environnemental des produits de grande consommation, et du Credoc et publiée par 20minutes, les choses sont claires: faire régime n'est pas anodin en matière de respect de l'environnement. Par exemple, un régime hyper-protéiné a un impact carbone très important.

En moyenne, un adulte mange 2.000 calories par jour, ce qui représente une émission annuelle de CO2 d'environ 1.500 kilos, si celui-ci mange une alimentation dite "normale", c'est-à-dire en mangeant un peu de tout. Dès que nous optons pour des régimes plus spéciaux, notre impact sur l'environnement varie.

Un régime végétarien quotidien de 2.000 calories n'émet par exemple que 966kg de CO2 par an, un régime hyper-protéiné par contre fait exploser la balance avec 3.537kg de CO2 par an.

Chips plus écologiques
On pourrait croire que manger une salade est plus écologique qu'un steak, mais ce n'est pas forcément le cas! Même si la viande rouge a un impact carbone très important, les fruits et légumes ne sont pas forcément plus "verts" si on se base sur le ratio quantité de CO2 émise par nombre de calories.

Par exemple: les chips - aliments gras par excellence - ont un impact carbone plus faible que certains légumes par calorie apportée. Pas de panique cependant: selon les scientifiques, ce sont les gens qui mangent raisonnablement de tout qui polluent le moins.

Manger plus, polluer plus
La quantité d'aliments consommée joue aussi un rôle: près de 42% des personnes en surpoids émettent plus de CO2 que les maigres. On remarque aussi une différence entre les hommes et les femmes: 50% des hommes contre seulement 20% des femmes ont un impact carbone plus élevé que la moyenne. (ca)

  1. En 2019, les feux de forêt ont émis 6.000 mégatonnes de CO2: une année exceptionnelle

    En 2019, les feux de forêt ont émis 6.000 mégatonnes de CO2: une année exception­nel­le

    Entre le 1er janvier et le 30 novembre 2019, environ 6.375 millions de tonnes de CO2 ont été relâchées dans l'atmosphère à la suite des incendies de forêt, indique jeudi le service de surveillance de l'atmosphère (CAMS) du programme européen Copernicus. D'après les scientifiques, 2019 a présenté une activité exceptionnelle, tant en termes d'intensité des feux que d'émissions.