Spadel offre une enveloppe 300.000 euros pour lutter contre les déchets sauvages

L’entreprise Spadel, connue en Belgique pour ses eaux minérales, vient de lancer une campagne sous le nom “Zéro Déchets Sauvages”, dans les communes de Spa et Stoumont. Une campagne qui a pour vocation de lutter contre les immondices et de conscientiser les citoyens sur l’importance du tri et du recyclage des déchets. 

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

Spadel a décidé de s’attaquer aux déchets sauvages. Une problématique qui touche directement la société spadoise, puisque ces dépôts peuvent se faire sur les lieux de captage d’eau. Dans sa lutte environnementale, la société spadoise s’est associée aux communes de Spa et Stoumont, et a lancé la campagne “Zéro Déchets Sauvage”. Un projet qui a germé, en 2018, dans l’esprit du patron de Spadel, Marc du Bois.

“Chez Spadel, maintenir la nature pure et intacte fait partie de notre ADN, car seule une nature totalement préservée nous offre une eau minérale naturelle de la plus grande pureté. Chaque déchet que l’on retrouve en rue ou dans la nature est un déchet de trop et nous souhaitons mettre en place des actions concrètes afin de changer les comportements”, précise le directeur.

L’objectif de cette campagne dépasse la simple conscientisation, car il vise à un réel changement de comportement de la part des citoyens. L’entreprise et les communes de Spa et Stoumont veulent leur apprendre à stopper les déchets sauvages dans les rues, les campagnes et les forêts, à favoriser un meilleur recyclage en dehors des domiciles grâce à un meilleur tri, et à encourager des gestes civiques pour que chacun devienne responsable et garant de la propreté de l’environnement.

Les actions mises en place durant toute l’année 2020 reposent sur les besoins réels des deux communes. La Ville de Spa s’est vu octroyer un budget de 200.000 €, et la commune de Stoumont a, quant à elle, reçu une enveloppe de 100.000 €.

Retrouvez ici toute l’actualité de la province de Liège.

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.