Illustration
Plein écran
Illustration © Getty Images/iStockphoto

Stupeur de Dinant qui se découvre candidate pour le stockage de déchets radioactifs

Le collège communal de Dinant a appris mercredi, par voie de presse exclusivement, que sa région "pourrait présenter des caractéristiques a priori favorables à l'établissement d'un stockage géologique de déchets nucléaires", selon un rapport de l'ONDRAF (Organisme national des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies). Le bourgmestre de Dinant, Axel Tixhon, indique que la Ville rejette tout stockage sur son territoire et regrette un "timing exécrable".

Le collège communal regrette le manque d'information de l'ONDRAF envers les autorités dinantaises ainsi que le timing choisi pour la consultation publique, du 15 avril au 13 juin 2020, soit un délai extrêmement court en pleine période de confinement. "Dans le contexte actuel, le timing est exécrable. La population est déjà inquiète et ils viennent ajouter de l'angoisse. C'est inacceptable. Ces organismes là n'ont aucune considération pour la population", indique Axel Tixhon.

Le Collège communal considère aussi le projet de l'ONDRAF comme totalement imprécis, et estime que le sujet mérite d'être clairement exposé et débattu tant dans les médias qu'au Parlement fédéral. "On ne sait même pas si cela concerne la commune de Dinant, une zone de la région ou l'arrondissement. Il n'y a aucune zone précise. Se pose aussi la question des compétences pour l'enfouissement des déchets dans le sol."

Les différents groupes politiques représentés au sein du collège communal dinantais (cdH, MR, PS et Ecolo) ont d'ores et déjà interrogé leurs députés fédéraux afin de susciter le débat et obtenir davantage d'informations. La Ville de Dinant va également prendre contact avec le BEP (Bureau Economique de la Province). "C'est l'organisme spécialiste pour ce genre de chose vu les éléments très technique de ce dossier. La Ville de Namur est également concernée. On va donc contacter le BEP pour voir ce qu'ils préconisent et avoir un avis à l'échelle de la Province".

  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.