Plein écran
© belga

Un éléphant qui parle le coréen

VideoUn éléphant d'un zoo sud-coréen a appris à imiter le langage humain et maîtrise plusieurs mots, ont annoncé vendredi des chercheurs.

Plein écran
© belga

Koshik, un éléphant d'Asie de 22 ans du zoo Everland à Yongin, au sud de Séoul, accueille ses visiteurs en annonant "choah" (bien) et "nuo" (couché).

Il peut également prononcer, de façon approchante, "annyong" (salut), "anja" (assis) et "aniya" (non), assurent les scientifiques sud-coréens et européens qui ont étudié ses vocalisations.

Les éléphants sont incapables d'utiliser leurs lèvres pour émettre des sons comme les humains, leurs lèvres supérieures étant "soudées" à leur nez pour constituer la trompe.

Mais Koshik forme les mots en enroulant sa trompe et en la plongeant dans sa bouche. Il place alors le bout de sa trompe sur sa lange ou son palais pour créer divers sons.

Les chercheurs ignorent la façon dont l'éléphant a développé la faculté de répéter les mots probablement prononcés par son soigneur de 19 ans, Kim Jong-Gap.

Liens de confiance
"Les seuls liens sociaux de Koshik sont avec son soigneur et nous pensons qu'il a appris et qu'il reproduit les mots afin de forger des liens de confiance avec Kim", a expliqué Oh Suk-Hun, vétérinaire d'Everland qui a étudié le comportement du pachiderme avec des scientifiques de l'université de Vienne (Autriche) et Jean (Allemagne).

Plein écran
© belga

Koshik est né en 1990 dans un zoo près de Séoul. Il est arrivé à Everland à l'âge de trois ans. "Koshik est comme mon bébé parce que je le soigne depuis qu'il est arrivé ici", a déclaré Kim à l'AFP.

"J'ai dormi dans un sac de couchage près de Koshik pendant un mois quand j'ai commencé à m'occuper de lui et je crois que c'est pour cela que nous sommes proches au point qu'il a commencé à imiter ma voix", a-t-il expliqué.

  1. L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    L’augmentation de la températu­re des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.