Un étudiant interpelle Macron: "Vous pensez qu'on pourra acheter une nouvelle planète avec de l'argent?"

VideoLe collégien a interpellé le président français sur son action en faveur de la protection de l'environnement. Une intervention remarquée.

Emmanuel Macron est allé à la rencontre des Français dans les Alpes-de-Haute-Provence. Un débat avec les citoyens, dont de nombreux collégiens, organisé ce 7 mars à Gréoux-les-Bains. La question d'un jeune étudiant a fortement attiré l'attention des médias par son audace et sa pertinence. 

À découvrir ci-dessus sur le reportage de BFMTV. 

"Qu'est-ce que vous entendez par écologie?"
"Qu'est-ce que vous entendez par écologie, alors qu'encore aujourd'hui des usines peuvent déverser leurs déchets dans la mer, que les pesticides polluent nos sols et donc notre alimentation, que 20.000 tonnes de déchets électroniques européens sont envoyés au Nigeria et que les déchets en plastique envahissent nos océans et notre planète?", demande l'élève du collège Saint-André des Alpes.

"Quand est-ce que vous allez réagir?"
"Quand est-ce que vous allez réagir, vous en avez le pouvoir?", poursuit-il devant une assistance composée d'une centaine de jeunes, de maires, d'agriculteurs et de responsables d'associations de la région du Verdon. "Puisque c'est l'argent qui nous a amenés à négliger l'écologie, vous pensez qu'on pourra acheter une nouvelle planète avec de l'argent?", conclut-il, chaleureusement applaudi par l'assemblée. 

Souriant, le président ne s'est pas laissé démonter. 

"L'argent, il ne faut ni le détester ni l'adorer"
Selon lui, "le modèle du tout argent est terminé" mais il faut néanmoins "produire" pour "faire fonctionner une société", insiste-t-il: "Il y aura toujours de l'argent dans une société, mais l'argent il ne faut ni le détester ni l'adorer, il faut l'utiliser comme un moyen pour faire des choses. Ce qui est clair c'est qu'on doit remettre dans notre modèle productif un objectif écologique beaucoup plus fort", a répondu Emmanuel Macron. 

L'échange à découvrir ici, sur BFMTV.

Plein écran
© ap
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap