Plein écran

Un ours polaire obligé de nager neuf jours pour trouver la banquise

Un ours polaire a été obligé de nager en continu pendant plus de neuf jours, parcourant 687 kilomètres, afin de trouver la banquise. Les scientifiques étudiant les ours autour de la mer de Beaufort, au nord de l'Alaska, ont révélé cet exploit d'endurance tout en dénonçant les conséquences du changement climatique.

Plein écran
Plein écran
© reuters
Plein écran
Plein écran
© afp

Les ours polaires se jettent à l'eau pour chasser le phoque, ils voguent alors entre les blocs de glace flottant au large de la banquise. Mais, selon les chercheurs, la fonte des glaces oblige les ours blancs à nager toujours plus loin, mettant leur vie en danger.

Dans leurs conclusions, publiées dans Polar Biology, ces chercheurs de l'US Geological Survey révèlent les preuves confirmant les distances toujours plus longues pour les ours polaires. "Nous avons observé un ours qui a nagé en continu pendant 232 heures, parcourant 687 km dans des eaux d'une température variant entre 2 et 6°C" explique le zoologiste George M. Durner.

Lourdes conséquences
"Nous n'imaginions pas qu'un animal qui passe le plus clair de son temps sur terre puisse nager aussi longtemps dans de l'eau si froide. C'est vraiment un exploit incroyable".

En installant un collier GPS sur une femelle, les chercheurs ont pu suivre avec précision ses mouvements pendant deux mois, notamment durant les périodes de chasse. Les scientifiques ont pu déterminer les moments où l'ours était dans l'eau tout en mesurant sa température interne.

L'étude montre que l'ours a payé un lourd tribut durant cette épopée: "La femelle a perdu 22% de sa graisse en deux mois ainsi que son petit. Ce voyage demandait trop d'énergie pour ce dernier" explique le scientifique.

Disparition de la banquise
"Au cours des dernières décennies, avant 1995, la banquise restait présente durant l'été dans la mer de Beaufort. Les ours ne devaient pas nager sur de longues distances. Aujourd'hui, la banquise se retire fortement durant l'été, les ours sont donc obligés de nager très longtemps pour pouvoir se nourrir et ensuite retrouver la terre ferme".

Les ours polaires vivent dans le cercle Arctique et ont besoin d'un régime alimentaire riche en calories pour survivre face aux températures glaciales. "Cette dépendance fait des ours polaires l'un des grands mammifères les plus sensibles au changement climatique", ajoute M. Durner.

La liste rouge de l'UICN identifie les ours polaires comme une espèce en danger de disparition, citant le changement climatique comme une "menace substantielle" sur leur habitat. (ca)

Plein écran
© ap