Une baleine rarissime observée au large du Mexique

VideoUne espèce rarissime a été aperçue ce mois-ci au large des côtes mexicaines, dans la Péninsule de Basse-Californie: une baleine albinos. L'animal n'a été vu que deux fois ces dix dernières années.

C'est Manuel Gonzalez, responsable d'une société de tourisme spécialisée excursions maritimes, qui a filmé les images extraordinaires. Il était parti en bateau avec des amis pour une virée en mer. Il n'en revenait pas. "Au début, nous pensions qu'il s'agissait d'une baleine grise très blanchâtre, mais dans ce cas il s'agissait bien d'une baleine albinos", explique-t-il au Daily Mail.

Et Manuel de poursuivre: "Je n'avais vu des animaux albinos que dans des images, des documentaires, des articles scientifiques [...] En voyant cette baleine, c'est mon rêve qui s'est réalisé".

Ce n'est pas la première fois qu'un tel spécimen est observé dans la région. En 2008, l'animal avait été repéré pour la première fois dans la zone. En 2016, "Galon de Leche" (en français "Litre de lait"), le surnom qu'on lui a donné en référence à sa couleur inhabituelle, avait de nouveau été aperçu, cette fois-ci en compagnie d'un petit, de couleur grise lui. Pour l'heure, on ignore s'il s'agit du même spécimen ou de deux baleines distinctes.

L'albinisme est dû à une mutation génétique qui provoque une réduction ou une absence totale de mélanine. "Cette particularité est retrouvée chez différents groupes taxonomiques y compris les mammifères, oiseaux et reptiles", souligne le CONANP (Comisión Nacional de Áreas Naturales Protegidas).

  1. L’augmentation de la température des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    L’augmentation de la températu­re des rivières aurait causé la mort de milliers de saumon en Alaska

    Le 20 juin, une première estimation du nombre de saumons quinnats dans le fleuve Yukon, relayée par Radio-Canada, avait été déclarée “prometteuse” par Holly Carroll, biologiste du Département des Pêches et de la Chasse en Alaska. Les saumons effectuent en cette saison leur migration depuis les eaux de la mer de Béring vers leurs zones de frai en Alaska et au Yukon. Loin des chiffres enregistrés dans les années 1990, les populations actuelles sont néanmoins en légère hausse ces dernières années.