Plein écran
Illustration. © thinkstock

Une gigantesque crevasse en Antarctique laisse présager le pire

Un rapport rédigé par des scientifiques de l'université d'État de l'Ohio est alarmant. Selon leur étude publiée dans le journal Geophysiphical Research Letters, une énorme crevasse a été repérée dans la calotte glaciaire de l'Antarctique.

Citation

"La question n'est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l'Antarcti­que va fondre, mais quand"

Ian Howat, université d'État de l'Ohio

Si Donald Trump pense que le réchauffement climatique est une invention des Chinois, les scientifiques avancent, preuve à l'appui, que la situation est alarmante. En juillet 2015, un énorme iceberg s'était détaché du glacier de l'île de Pin, point de départ des chercheurs de l'université de l'Ohio pour comprendre comment un tel phénomène a pu se produire.

Ils ont constaté qu'une crevasse longue de 32 kilomètres avait provoqué le détachement d'un iceberg de 360 kilomètres carrés. Comme le souligne Konbini, qui relaye cette étude, c'est l'augmentation de la température des eaux qui a provoqué cette fissure. Ce qui est surtout inquiétant, c'est que la crevasse s'est formée au milieu de la banquise, soit là où elle est censée être la plus solide. A terme, on redoute la fonte complète de la calotte polaire, avec toutes les conséquences dramatiques que cela engendrera: une montée des eaux et des inondations jamais vues jusqu'ici.

New York et Miami rayées de la carte
Difficile de déterminer jusqu'à quel niveau les eaux augmenteront, mais les pronostics vont d'un à trois mètres d'ici 2100. Cela voudrait dire que des villes comme New York ou Miami seraient tout simplement rayées de la carte...

"La question n'est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l'Antarctique va fondre, mais quand", déclare Ian Howat, directeur de l'étude, dans un communiqué de presse cité par Mashable US et retranscrit par Konbini.

Ce constat alarmant n'est toutefois pas partagé par tout le monde, à commencer par Ian Joughin, ingénieur au laboratoire de physique appliquée de l'université de Washington. "Il est trop tôt pour dire s'il s'agit d'un mouvement durable qui pourrait vraiment altérer le rythme de retrait de la glace."

  1. "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Notre pays doit s'impliquer de toute urgence: dans 100 jours, il devra remettre à l'Union européenne la version définitive de son Plan national Énergie-Climat. Ce dernier doit énumérer les objectifs et les mesures concrètes à mettre en place pour arriver à une société neutre en carbone d'ici 2050", avertit mercredi l'organisation de protection de la nature WWF dans un communiqué. Vendredi débute la semaine de l'action pour le climat, avec l'appel de Greta Thunberg et des jeunes Belges de Youth for Climate à descendre dans la rue.
  2. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.