La femelle était la seule recensée au Kenya, déplore la réserve qui l'abritait
Plein écran
La femelle était la seule recensée au Kenya, déplore la réserve qui l'abritait © ISHQBINI HIROLA CONSERVANCY

Une rarissime girafe blanche et son girafon tués au Kenya

Une girafe blanche et son petit ont été tués au Kenya, probablement par des braconniers. Leurs squelettes ont été retrouvés mardi dans la réserve naturelle Ishaqbini Hirola, dans l’est du pays.

Les organisations de défense des animaux avaient vu la girafe et son petit pour la dernière fois le mois dernier. Des braconniers les ont probablement abattus, accuse Mohamed Ahmed Noor, en charge de la réserve naturelle kényane. Mais il est également possible que les deux animaux rares aient été tués par des shebabs, combattants terroristes qui sévissent dans la Somalie voisine et sont actifs à la frontière avec le Kenya.

Les girafes blanches sont extrêmement rares et la femelle abattue au Kenya y était la dernière recensée par les associations de protection des animaux sauvages. Leur pelage immaculé serait dû à une particularité génétique qui n’est pas de l’albinisme, mais du leucisme, mutation génétique empêchant la mélanine de colorer le pelage ou le plumage.

  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.