"Vous n'êtes pas assez matures": une adolescente secoue la COP24

VideoGreta Thunberg devient la nouvelle image de la défense de l'environnement. La jeune Suédoise de 15 ans, qui manque des journées d'école pour manifester contre le réchauffement climatique, a prononcé un discours marquant lors de la COP24.

Les représentants de plus de 200 pays se sont rassemblés la semaine dernière pour la COP24 à Katowice, en Pologne. Durant ce sommet, les dirigeants du monde entier ont reçu de multiples demandes d'actions, notamment sur la réduction des gaz à effet de serre. L'un de ces appels a particulièrement marqué la Conférence. Il vient de Greta Thunberg, une jeune Suédoise de 15 ans qui n'a pas froid aux yeux.

"Vous n'êtes pas assez matures pour dire les choses comme elles sont. Même ce fardeau-là vous nous le laissez à nous, les enfants. Notre civilisation est en train d'être sacrifiée pour garantir à un tout petit nombre de personnes de continuer à faire d'énormes profits. Ce sont les souffrances d'un très grand nombre qui paient pour le luxe de quelques-uns", s'est exprimée l'adolescente devant les délégués.

"Vous êtes arrivés à court d'excuses"
Greta Thunberg manifeste régulièrement devant le parlement suédois. Avec ce slogan: "Grève de l'école pour le climat". Ses actions se déroulent effectivement pendant des journées d'école, qu'elle rate volontairement.

"En 2078, je fêterai mes 75 ans. Si j'ai des enfants, ils partageront peut-être ce jour avec moi. Peut-être me poseront-ils des questions sur vous. Peut-être me demanderont-ils pourquoi vous n'avez rien fait quand il restait encore du temps pour agir", a-t-elle lâché avant de poursuivre. "Vous dites aimer vos enfants plus que tout au monde et vous leur volez pourtant leur avenir, juste sous leurs yeux."

L'adolescente a conclu en prévenant que les choses vont changer: "Vous êtes arrivés à court d'excuses et nous sommes à court de temps. Si nous sommes là, c'est pour vous dire que le changement arrive, que vous le vouliez ou non." La vidéo de ce puissant discours est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Si le tweet en haut de l'article ne s'affiche pas, cliquez ici.

  1. Cora Châtelineau accueille un commerce écoresponsable

    Cora Châtelineau accueille un commerce écorespon­sa­ble

    La crise du coronavirus a remis en lumière, si besoin en était, l’importance des enjeux climatiques. Car si elle permet de diminuer le trafic automobile et par corollaire, les émissions de gaz à effet de serre, de nombreux magasins dans le monde en sont revenus à l’utilisation de plastique pour couvrir ou transporter leurs produits. Mais d’autres commerces font de la résistance. L’un d’entre eux a même trouvé une nouvelle vitrine au Cora Châtelineau (Châtelet).
  2. Carole Baskin gagne son procès: le zoo de Joe Exotic tombe sous sa coupe

    Carole Baskin gagne son procès: le zoo de Joe Exotic tombe sous sa coupe

    L'information passionnera tous les fans de la mini-série documentaire de Netflix “Tiger King” (“Au Royaume des Fauves” en version française): Carole Baskin vient de remporter une bataille judiciaire capitale face à son rival historique, “Joe Exotic”, dont elle voulait prendre le contrôle de la réserve de félins. Le tribunal a enfin rendu son verdict dans ce dossier épineux où les lignes entre le marché juteux de la traite et de la défense des animaux sauvages aux États-Unis étaient décidément floues. Carole Baskin, adversaire farouche et victime de Joe Exotic, le détenteur loufoque du parc, a obtenu gain de cause.
  1. Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le Pérou met les points sur les i: “Le chaton Lee a toujours été le bienvenu ici”

    Le chef de la SENASA, l’homologue péruvien de l’AFSCA belge, a tenu à écarter un malentendu avec la Belgique: le chat Lee, qui risque l’euthanasie en raison du risque qu'il n’importe la rage en Belgique, resterait le bienvenu au Pérou et n’y aurait jamais été refusé par les autorités sanitaires. En effet, le chat a reçu les vaccins nécessaires et ne présente pas de danger aux yeux des instances péruviennes. Mais Hélène Bonte, porte-parole de l’AFSCA, estime ces nouveaux propos insuffisants: “Tant que le gouvernement péruvien ne nous aura pas officiellement communiqué son point de vue quant à l’importation illégale de ce chat, notre position ne changera pas”, balaie-t-elle.
  2. Des restrictions dans deux communes wallonnes, mais la distribution d'eau quasi normale

    Des restricti­ons dans deux communes wallonnes, mais la distributi­on d'eau quasi normale

    La distribution publique de l'eau se déroule quasi normalement sur tout le territoire wallon, malgré les très faibles précipitations de ces dernières semaines et une hausse générale de la consommation à la suite du confinement et du beau temps. Les communes de Gouvy et de Rochefort ont toutefois déjà dû prendre des arrêtés de police imposant des mesures de restriction de l'usage de l'eau pour garantir un approvisionnement suffisant à moyen terme, indique lundi le Centre régional de crise.