La digitale fait partie de ces jolies fleurs à ne surtout pas cueillir
Plein écran
La digitale fait partie de ces jolies fleurs à ne surtout pas cueillir © Getty Images

Vous redécouvrez les balades en forêt? Attention à ces plantes vénéneuses

Vertes, luisantes, pleines de fleurs... Les plantes attirent les Belges, qui se découvrent amoureux de la nature en cette période de confinement. Toutes ne sont toutefois pas innocentes, prévient jeudi le centre anti-poisons, qui lance un appel à la vigilance.

En 2019, 5% des appels au centre anti-poisons concernaient une intoxication par une plante vénéneuse. Leur apparence innocente a fait 2.622 victimes, dont 1.357 enfants, 619 adultes et, ne les oublions pas, 647 animaux.

Lors d'une promenade ou tout simplement dans leur jardin, les victimes ont été attirées par les plantes de la famille des morelles, les ifs - "très toxiques et peut-être même mortels" -, un prunellier, un sorbier ou encore un laurier-cerise, trois plantes de la famille des roses dont les baies sont toxiques, ou encore par la famille des liliacées. Mais la famille de plantes qui affiche le compteur de victimes le plus élevé est celle des arum, dont le contact avec la peau et les yeux peut être irritant et provoque des douleurs souvent "infernales".

Hors du top 5, l'euphorbe, le laurier-rose, la digitale, le rhododendron, l'or et la glycine sont également dangereuses "en raison de leur grande toxicité (à cause d'un risque élevé de problèmes cardiaques, d'irritations ou de graves troubles gastro-intestinaux)", précise Patrick De Cock, coordinateur de la communication du centre. 

Éviter d'être empoisonné par une plante est toutefois possible, en demandant l'aide d'un botaniste ou du vendeur lors de l'achat de verdure, en consultant la liste des plantes sûres et toxiques sur le site du centre anti-poisons ou encore en se renseignant sur les plantes déjà présentes dans le jardin. Le centre conseille également d'écrire le nom des plantes achetées. 

Arum maculatum
Plein écran
Arum maculatum © Getty Images/iStockphoto
  1. La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifiques

    La fonte précoce des glaces au Groenland inquiète les scientifi­ques

    La vague de chaleur en Sibérie conjuguée à une fonte précoce des glaces au Groenland ravivent les préoccupations de la communauté scientifique à l'approche de l'été dans la région arctique. Le début de la saison de la fonte des glaces au Groenland - défini comme le moment où celle-ci s'étend sur au moins 5% de la calotte glaciaire - a été enregistré le 13 mai, selon l'Institut météorologique danois (DMI). Soit avec "près de deux semaines d'avance" par rapport à la date médiane issue de 40 ans de données, a expliqué vendredi à l'AFP Martin Stendel, chercheur au DMI.