Plein écran
© afp

"Zone interdite" autour de la centrale de Fukushima

Plein écran
© ap

Le rayon d'évacuation de 20 km mis en place autour de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima va devenir zone interdite, afin d'éviter que des personnes évacuées y retournent en dépit de risques élevés pour la santé, a annoncé le gouvernement japonais jeudi.

Le Premier ministre a fait cette annonce à l'occasion d'une visite dans la région de cette centrale endommagée le 11 mars par un séisme de magnitude 9 et un tsunami géant, qui ont entraîné la mort ou la disparition d'environ 28.000 personnes. Quelque 80.000 habitants ont été évacués de ce rayon de 20 km.

L'interdiction, qui devrait devenir effective dans la nuit de jeudi à vendredi, vise à permettre un contrôle strict de la zone. En inspectant plusieurs milliers de maisons, la police a découvert que plus de 60 familles y vivaient toujours en dépit des risques liés aux radiations.

"Nous avons demandé aux résidents de ne pas entrer dans cette zone dans la mesure où il y a un énorme risque pour leur sécurité", a souligné Yukio Edano, porte-parole du gouvernement, au cours d'une conférence de presse. "Aujourd'hui, nous avons décidé de la classer zone en état d'urgence en vertu de la loi sur les catastrophes", a-t-il précisé.

Chaque famille réfugiée hors de ce périmètre aura cependant le droit, dans les semaines à venir, d'envoyer l'un de ses membres, durant deux heures seulement, pour récupérer des biens abandonnés dans son ancien domicile. Il devra être équipé de vêtements de protection et d'un dosimètre individuel pour mesurer la radioactivité.

"Il est totalement inacceptable que le gouvernement impose une zone d'interdiction. Même si nous pourrons y aller momentanément, nous ne pourrons rien faire en une heure ou deux. Le toit de ma maison a probablement été emporté, mais je ne pourrai pas le réparer", s'est plaint devant les caméras de la chaîne NHK un homme évacué de Narahamachi, près de la centrale.

Les familles dont le logement est situé dans un rayon de 3 km de la centrale ne bénéficieront pas de ce droit de retour ponctuel très restreint. L'opérateur de la centrale, le groupe Tokyo Electric Power (Tepco), estime qu'il faudra encore environ trois mois pour commencer à réduire la radioactivité et entre six et neuf mois pour refroidir les réacteurs. (afp)

Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
  1. "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Le temps presse: la Belgique n'a plus que 100 jours pour élaborer un plan climat"

    "Notre pays doit s'impliquer de toute urgence: dans 100 jours, il devra remettre à l'Union européenne la version définitive de son Plan national Énergie-Climat. Ce dernier doit énumérer les objectifs et les mesures concrètes à mettre en place pour arriver à une société neutre en carbone d'ici 2050", avertit mercredi l'organisation de protection de la nature WWF dans un communiqué. Vendredi débute la semaine de l'action pour le climat, avec l'appel de Greta Thunberg et des jeunes Belges de Youth for Climate à descendre dans la rue.
  2. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.