Plein écran
Doosan Infracore est notamment spécialisée dans la production de machines excavatrices (illustration). © thinkstock

313 emplois menacés chez Doosan Infracore à Frameries

UpdateLa direction de l'entreprise Doosan Infracore Europe a annoncé lundi au cours d'un conseil d'entreprise son intention d'arrêter la production de machines excavatrices et la distribution de pièces de rechange sur son site de Frameries (Hainaut), ce qui pourrait entraîner la perte de 313 emplois.

Dans un communiqué, la direction rappelle avoir investi, en 2010, dans un contexte de perspectives positives, sur son site hennuyer afin de soutenir la production européenne d'excavatrices lourdes et de réorganiser les volumes de l'usine. "Hélas, contrairement aux attentes du marché, la reprise attendue des volumes en Europe n'a pas eu lieu. Au contraire, le marché comme les volumes de Frameries ont stagné", déplore l'entreprise.

Malgré de "nombreuses initiatives pour réduire les coûts de Frameries et préserver l'emploi", la direction constate que les coûts de fabrication sur le site de Frameries restent trop élevés, ce qui empêche, selon elle, le site d'être "à la fois rentable et compétitif". Depuis 2008, l'usine de Frameries "n'a cessé d'accumuler des pertes et rien ne laisse présager que cette situation pourrait changer au cours des années à venir", poursuit la direction.

Doosan Infracore Europe entend par contre poursuivre ses activités commerciales.

Le directeur général de l'usine, Giuseppe Pappalardo, promet, en cas de confirmation de la fermeture, un "dialogue constructif" avec les syndicats, et espère "être en mesure de trouver les solutions appropriées dans l'intérêt de toutes les personnes concernées".

Le groupe coréen Doosan Infracore est actif dans la fabrication d'équipements de construction, de machines-outils et de moteurs diesel. Doosan est présent en Belgique depuis 1990.

Cette annonce intervient un an et demi après la décision du concurrent américain Caterpillar de supprimer 1.400 emplois sur son site de Gosselies (Charleroi).

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.