33 licenciements annoncés chez Ineos Feluy

La direction de l'entreprise Ineos Feluy, active dans le secteur de la chimie, a annoncé mardi aux représentants du personnel son intention de procéder à un licenciement collectif qui pourrait concerner 33 emplois sur un total de 202. La perte d'un client majeur est, selon la direction, à l'origine de la décision.

Une procédure de licenciement collectif a été annoncée mardi matin chez Ineos à Feluy à la suite du non-renouvellement, annoncé en février 2014, d'un contrat avec un client important de l'entreprise active dans le domaine de la chimie. Depuis cette annonce, "la production d'Alkyls Aluminium, exclusivement destinée à ce client, a fortement diminué et l'utilisation de l'unité de production dédiée à ces Alkyls Aluminium est par conséquent remise en question", a indiqué mardi la direction d'Ineos dans un communiqué.

"Les principales raisons évoquées par le client sont notamment le coût de l'éthylène et de l'énergie pour lesquels l'Europe n'est plus compétitive, ainsi que la petite taille de l'unité à Feluy qui engendre des coûts fixes par tonne trop élevés. Il revient effectivement moins cher au client de faire fabriquer les Alkyls Aluminium dans son unité de production aux Etats-Unis et de le livrer en Europe, plutôt que de le faire produire à Feluy."

La direction d'Ineos Feluy a par ailleurs indiqué qu'elle ne dispose pas de la propriété intellectuelle de ces Alkyls Aluminium et qu'elle ne peut donc pas démarcher de nouveaux clients pour relancer une production. Selon la direction de l'entreprise, ni les mesures de réduction des coûts de production, ni les investissements n'ont été suffisants pour contrer la perte de son client. La fermeture de l'unité consacrée à la production d'Alkyls est donc envisagée. La direction de l'entreprise a donc annoncé mardi son intention de procéder à un licenciement collectif.

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.