Plein écran
© afp

Au ralenti, le Portugal proteste contre l'austérité

Métro en grève, entreprises à l'arrêt, assemblées et meetings: la CGTP, le principal syndicat portugais, organisait jeudi une journée de protestation contre l'austérité, exigée des créanciers du pays, sous assistance financière depuis mai 2011.

"Nous prévoyons une forte participation des travailleurs qui vont ainsi montrer leur disponibilité pour une lutte plus générale", a déclaré Armenio Carlos, le secrétaire général de la CGTP au début du mouvement.

La CGTP, proche du Parti communiste et l'autre grand syndicat portugais, l'UGT liée au Parti socialiste, discutent actuellement en vue d'une grève générale au mois de juin.

Le métro de la capitale était à l'arrêt depuis mercredi soir, provoquant ce matin de sérieux embouteillages, les usagers ayant eu, plus que d'habitude, recours à leurs automobiles particulières. Des débrayages étaient également prévus dans diverses entreprises notamment celles liées à l'automobile, tandis que concentrations et meetings devaient se tenir sur les lieux de travail et en divers endroits de la capitale.

La CGTP a choisi pour son mouvement la journée du 30 juin, correspondant à la Fête-Dieu, dans le mesure où, pour la première fois cette année, ce jour ne sera pas chômé, le gouvernement ayant décidé l'année dernière de supprimer quatre jours fériés dans le cadre de ses efforts pour redresser ses finances.

"Les travailleurs entendent lutter contre le vol des jours fériés et combattre le travail non-payé", a souligné Armenio Carlos.

Le Portugal bénéficie depuis deux ans d'un plan de sauvetage de 78 milliards d'euros en échange d'un draconien programme de rigueur et de réformes qui a fortement contribué à faire reculer l'économie et à augmenter le chômage.

Selon les prévisions officielles, l'économie doit reculer cette année de 2,3% et le chômage atteindre le taux record de 18,2%.

Comme dans d'autres pays d'Europe, l'austérité a provoqué une hausse sensible du mécontentement populaire.