Plein écran
© photo_news

Baisse du transport fluvial de marchandises en Wallonie

Le tonnage fluvial de marchandises transportées en Wallonie s'est élevé l'an dernier à 39,97 millions de tonnes, en baisse de 4,7% par rapport à 2012, a indiqué jeudi la Direction générale opérationnelle Mobilité et Voies hydrauliques du Service public de Wallonie.

L'essentiel de la baisse s'explique par le résultat des minerais (-32%), des combustibles solides (-27%) et des minéraux et matériaux de construction (-6%). Deux catégories de marchandises ont par contre réalisé un record historique. Le transport de produits agricoles dépassait ainsi les 4,5 millions de tonnes sur le réseau fluvial wallon (+4,3% par rapport à 2012) et celui d'engrais a atteint 3,09 millions de tonnes (+7,8% par rapport à 2012).

L'année 2013 a par ailleurs été marquée par un mouvement de grève de la batellerie au mois d'avril. L'impact du mouvement sur l'activité de ce mois est estimé à quelques centaines de milliers de tonnes.

Le SPW est également revenu sur l'évolution du tonnage ces dernières années. Une croissance régulière est observée de 1996 à 2004, "suivie d'une stabilisation de cinq ans, avant de rencontrer l'année critique de 2009 et sa chute de 18%. L'année 2010 amorce une reprise et 2011 confirme la reprise avec 44,3 millions de tonnes au compteur, se hissant dans le top 4 des meilleures années. Les résultats de 2012 (-5,4%) et 2013 (-4,7%) confirment cependant que la crise économique frappe toujours plusieurs secteurs industriels (notamment la sidérurgie et la construction) en Wallonie", conclut le SPW.

Le tonnage transporté sur le canal Charleroi-Bruxelles à Ronquières a enregistré une croissance de 17,3% en 2013 alors que le tonnage fluvial sur le canal du Centre à l'ascenseur de Strépy-Thieu a atteint 2,71 millions de tonnes l'an dernier (+5,4% par rapport à 2012).

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.