Plein écran
© photo_news

Barbie, 60 ans, pas une ride

Blonde ou brune, longiligne ou ronde, princesse ou pompier, la poupée Barbie fête samedi son 60e anniversaire sans avoir pris une ride. Elle continue de séduire les enfants et se démène pour rester au goût du jour, jusque sur les réseaux sociaux.

Plein écran
© afp
Plein écran
© Photonews

"Soixante ans, c'est énorme dans une industrie du jouet où, aujourd'hui, un succès dure entre trois et cinq ans", lance fièrement Nathan Baynard, directeur mondial du marketing pour la poupée Barbie. Malgré la concurrence de plus en plus rude, il s'en vend chaque année 58 millions d'exemplaires, dans plus de 150 pays. Au total, plus d'un milliard de poupées Barbie se sont vendues depuis sa présentation au Salon du jouet de New York, le 9 mars 1959.

Devenir qui on veut
Sa "maman" n'est autre que la cofondatrice de Mattel, Ruth Handler, qui eut l'idée de cette poupée en regardant ses propres enfants. "Sa fille Barbara n'avait qu'un choix limité de jouets: des poupons. Le seul rôle dans lequel elle pouvait se projeter était celui de maman, alors que son fils s'imaginait astronaute, cowboy ou pilote", explique Nathan Baynard. C'est ainsi qu'elle a créé "Barbie" (diminutif du prénom de sa fille), poupée adulte aux formes très féminines, pour "montrer aux petites filles qu'elles pouvaient devenir qui elles voulaient. En 1959, c'était une idée choc", qui remportera un succès immédiat, avec 300.000 poupées vendues la première année, souligne M. Baynard.

Superficielle?
Archétype de la blonde californienne, Barbie a longtemps été poursuivie par cette image de femme superficielle, riche et oisive, qui lui a valu d'incessantes critiques.

Le problème est ailleurs
Une caricature injustifiée, juge M.G. Lord, auteure du livre référence "Forever Barbie". "En réalité, Barbie est ce que l'enfant qui joue avec veut qu'elle soit. Le problème n'est pas un bout de plastique haut de 28 cm. Le problème est dans notre culture et l'idée que nous avons de la féminité", affirme-t-elle à l'AFP.

Fini le règne des modèles blonds
Aujourd'hui, Barbie est déclinée sous toutes les morphologies et toutes les couleurs de peau, de cheveux et d'yeux. Actuellement, "55% des poupées que nous vendons dans le monde n'ont ni les cheveux blonds, ni les yeux bleus", insiste Lisa McKnight, directrice générale de la marque Barbie.

Barbie, l'influenceuse
Au-delà du succès dans les rayons des magasins de jouets, Barbie a investi massivement internet et les réseaux sociaux pour devenir "une influenceuse" suivie par des millions d'abonnés, expliquent les responsables de la marque. Barbie dispose aussi de sa propre équipe, avec coiffeuse, maquilleuse et photographe, qui la font voyager "pour de vrai" aux Etats-Unis et dans le monde entier pour des séances photo sur son compte Instagram, "numéro un pour la mode" avec près de deux millions d'abonnés.

Briser le plafond des rêves
À l'occasion du 60e anniversaire de la poupée mannequin Barbie, la Fondation Mattel pour l'Enfance rappelle son engagement à briser le plafond des rêves, en sensibilisant la société aux facteurs qui empêchent les petites filles de devenir ce qu'elles veulent être.

Doute dès 5 ans
Les petites filles ont toutes des rêves plein la tête. Elles se voient ainsi présidente, scientifique, astronaute, philosophe ou encore ingénieure. Mais à partir de cinq ans, elles commencent à douter de leur potentiel. Ce phénomène s'appelle le "plafond des rêves", en référence à la métaphore du "plafond de verre" utilisé pour illustrer les difficultés d'accès des femmes aux postes supérieurs.

Potentiel illimité
Le fabricant de la célèbre poupée mannequin, Mattel, rappelle que celle-ci avait été créée pour "inspirer le potentiel illimité de chaque fille". Six décennies plus tard, la marque continue donc son combat.

Égalité
"Barbie, dans son engagement à briser le 'Plafond des Rêves', supporte, à travers la Fondation Mattel pour l'Enfance, des associations partageant ses valeurs et ayant pour objectif de permettre aux filles d'être sur un pied d'égalité avec les garçons", indique le fabricant de jouets dans un communiqué.

200 métiers
"Pendant 60 ans, Barbie a soutenu les filles, inspiré des générations à croire en elles et leur a montré qu'elles avaient le choix. Avec plus de 200 métiers à son actif, six courses à la présidence et un voyage sur la lune avant même Neil Armstrong, Barbie continue d'évoluer afin de rester une source d'inspiration moderne et pertinente pour tous", relève pour sa part Lisa McKnight, General Manager et Senior Vice President de Barbie.

Femmes d'exception
Barbie va ainsi mettre en lumière 20 "femmes d'exception", ayant entre 19 et 85 ans et parlant 14 langues, pour inspirer la prochaine génération. Des professions où les femmes sont encore sous-représentées, telles qu'astronaute, pilote, athlète, journaliste, candidate à la présidence et pompière, seront également mises à l'honneur.

Inspirer
En Belgique, Angelique Van Ombergen, chercheuse à l'Université d'Anvers et scientifique à l'Agence Spatiale Européenne, soutient le projet. "L'un des objectifs de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) est d'être une source d'inspiration pour tous les citoyens européens. L'ESA est fière d'être associée à cette initiative qui encourage les filles et les jeunes femmes à poursuivre leurs rêves, quels qu'ils soient", indique-t-elle.

Expo et concours
Plusieurs événements seront également organisés en Belgique dans ce cadre. Une exposition temporaire Barbie au musée du jouet de Malines sera ainsi accessible à partir du 27 juin. L'Euro Space Center à Transinne (province de Luxembourg) proposera de son côté un jeu concours afin de permettre aux enfants d'expérimenter la vie d'un astronaute.

  1. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.
  2. L'Autorité de la Concurrence mène des perquisitions dans la grande distribution

    L'Autorité de la Concurren­ce mène des perquisiti­ons dans la grande distributi­on

    L'Auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) procède actuellement à des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation", a-t-il annoncé lundi. Ces pratiques pourraient constituer des infractions au code de droit économique et/ou au traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE).