Plein écran

BNP Paribas va rembourser les aides d'Etat liées à la crise financière

BNP Paribas va devenir la première banque française à rembourser l'aide de l'Etat, accordée au plus fort de la crise financière et qui se monte, pour elle, à 5,1 milliards d'euros, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué. Le remboursement se fera dès le mois d'octobre, grâce à une augmentation de capital de 4,3 milliards d'euros, a-t-elle précisé.
 
La banque "va rembourser dès octobre les 5,1 milliards d'euros d'actions de préférence souscrites le 31 mars par l'Etat français, et lui verser une rémunération de 226 millions d'euros calculée sur 7 mois", a-t-elle indiqué dans un communiqué.
 
Il était convenu dès l'origine avec les pouvoirs publics et l'Union européenne que cette participation serait remboursée dès que possible. Son coût était progressif de manière à inciter à un remboursement rapide, a précisé la banque.
 
Compte tenu de l'évolution de l'environnement et des bonnes performances du groupe, BNP Paribas estime que cette aide de l'Etat n'est plus nécessaire.
 
Pour justifier le remboursement par anticipation, le directeur général
Baudouin Prot a évoqué mardi, lors d'une conférence téléphonique, une "opportunité", affirmant que "le contexte de marché est aujourd'hui favorable aux banques et à BNP Paribas".
 
Depuis le début de la crise financière, l'Etat a soutenu les banques françaises en injectant 21,3 milliards d'euros pour renforcer leurs fonds propres sous forme de prêts remboursables, assortis d'intérêt.
En contrepartie, les banques s'étaient engagées à soutenir l'économie, en continuant d'accorder des crédits aux ménages et aux entreprises. (belga/chds)

  1. Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnaires

    Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnai­res

    La société de divertissement Studio 100, que l'on retrouve derrière les parcs d'attractions Plopsa, explore la possibilité d'élargir et de renforcer son actionnariat, indique-t-elle samedi. Cela à la suite du succès de sa stratégie d'expansion internationale. Les fondateurs Gert Verhulst et Hans Bourlon, qui garderont la majorité des actions, en disposent actuellement chacun d'un tiers, le reste revenant à BNP Paribas Fortis Private Equity.