Plein écran
Combien pourrons-nous économiser si le gouvernement décide de prélever plus de taxes sur le gaz naturel que sur l’électricité? © Shutterstock

Combien pourrons-nous économiser si le gouvernement décide de prélever plus de taxes sur le gaz naturel que sur l’électricité?

EconomieAfin d’atteindre les objectifs climatiques, nous devons tous faire la transition vers des types de chauffage tels que les réseaux de chaleur, les pompes à chaleur, les chauffe-eau solaires ou la biomasse durable. Une coalition en matière d’énergie de plusieurs acteurs estime que le gouvernement ne nous encourage pas suffisamment à cet effet. Elle demande le transfert des charges de l’électricité vers le gaz naturel et le mazout. Mais qu’est-ce que cela signifie pour notre portefeuille?

D’ici 2050, environ 100.000 ménages par an devront faire la transition vers des formes d’énergie plus durables si nous voulons atteindre les objectifs climatiques. Cette ambition devrait être encouragée par le gouvernement, selon une coalition de fournisseurs d’énergie, de producteurs, d’installateurs, d’organisations environnementales, d’experts… Elle dénonce le fait que les charges sont les plus élevées sur les formes de chauffage durables, au profit du gaz naturel et du mazout.

Comparez ici les prix des fournisseurs de gaz et d’électricité.

Les rapports actuels

Le meilleur tarif annuel fixe pour un ménage de Charleroi avec une consommation moyenne de 3.500 kWh (jour: 1.600 kWh - nuit: 1.900 kWh) s’élève actuellement à 941,76 euros selon le site Internet Monenergie.be. Le coût énergétique n’englobe que 24,57% de ce montant. Les autres frais sont les frais de réseau (33,09%), les prélèvements (25,24%) et la TVA (17,10%). Le montant de 708,67 euros est donc destiné au gouvernement et au gestionnaire du réseau de distribution.

Toutefois, en ce qui concerne la facture de gaz naturel, les rapports sont quelque peu différents. Pour une consommation moyenne de 23.260 kWh, le meilleur tarif annuel fixe s’élève à 1.474,70 euros. Le coût énergétique englobe 45,58%. Le pourcentage des frais de réseau s’élève à 24,04%, celui des prélèvements à 13,02% et celui de la TVA à 17,17%. Les frais indirectement liés au prix de l’énergie s’élèvent à 802,53 euros.

Lisez également: 6 mythes dissipés au sujet de votre consommation énergétique.

Les rôles inversés

Si le gouvernement décide d’augmenter les prélèvements et les taxes pour le gaz naturel, cela aura un impact sur votre facture énergétique, bien entendu. Au cas où nous inverserions les rôles en prenant en compte pour l’électricité les prélèvements actuels d’application pour le gaz naturel et vice versa, nous paierions désormais 196 euros de charges en plus pour le gaz naturel. Pour l’électricité, elles seraient réduites de 310 euros.

Ainsi, il serait nettement plus intéressant de faire la transition vers l’énergie renouvelable, qui déplacerait le centre de gravité de votre consommation énergétique vers l’électricité. Il va de soi qu’entre autres les panneaux solaires et les batteries domestiques embellissent la situation davantage. Le revers de la médaille: ceux qui chauffent au gaz naturel, doivent investir considérablement dans des installations en matière de chauffage durable.

Economisez en comparant

Bien que le coût énergétique effectif ne détermine que de manière limitée votre facture énergétique, vous avez de toute façon intérêt à vérifier au moins tous les ans si votre fournisseur est encore toujours le plus avantageux. Sur Internet, vous pouvez découvrir rapidement quel fournisseur accorde les meilleures conditions en fonction de votre consommation spécifique. En changeant de fournisseur sur base d’une telle comparaison, vous pourrez facilement économiser des centaines d’euros.

Comparez ici votre facture énergétique avec l’offre sur le marché.

Lisez également:

Partager l’énergie et la chaleur avec votre voisin: c’est possible désormais

Réduisez vos coûts énergétiques lors des journées ensoleillées

La batterie domestique: le remède contre les prix énergétiques élevés?

Source: Monenergie.be

  1. La Commission inflige un sévère avertissement à la Belgique
    Mise à jour

    La Commission inflige un sévère avertisse­ment à la Belgique

    La Belgique et sept autres pays de la zone euro (Espagne, France, Italie, Portugal, Slovénie, Slovaquie et Finlande) risquent de dévier significativement l’an prochain de l’effort budgétaire qui leur avait été recommandé, a averti mercredi la Commission européenne, qui remettait ses avis sur les budgets nationaux pour 2020. La Commission invite dès lors la Belgique à “accélérer les progrès”.