Plein écran
© reuters

Dexia: les discussions se poursuivent à tous les niveaux

Discussions et tractations se poursuivent tous azimuts samedi sur l'avenir du groupe franco-belge Dexia en général et de Dexia Banque Belgique en particulier, a-t-on appris à bonnes sources.
 
Les discussions se poursuivent avec la partie française. Alors que des techniciens belges sont partis pour Paris vendredi, une réunion, qualifiée de "technique", est prévue ce samedi. Le Premier ministre Yves Leterme devrait avoir un contact avec son homologue français François Fillon.
 
Outre le sort de Dexia Banque Belgique, partenaires belge et français doivent s'accorder sur la répartition des garanties à accorder à la banque résiduelle ("bad bank") censée abriter les actifs problématiques de Dexia.
 
Au niveau belge également, des réunions de travail sont au menu des prochaines heures entre les différents niveaux de pouvoirs et acteurs impliqués dans le dossier Dexia.
 
Vendredi gouvernement fédéral et Régions se sont rapprochés semble-t-il autour du principe d'une reprise par l'Etat belge, pour plusieurs années, de Dexia Banque Belgique. Les trois Régions bénéficieraient, dans un second temps, d'une faculté d'entrer au capital de la banque.
 
Une source indique toutefois samedi matin que "le travail se poursuit" et qu'il est prématuré de parler d'une solution "ferme et définitive", même si les positions semblent désormais très proches. Il pourrait y avoir un conseil des ministres restreint au niveau fédéral. Une telle réunion est prévue au niveau du gouvernement flamand en fin d'après-midi.
 
Le conseil d'administration de Dexia initialement prévu ce samedi, devrait finalement se dérouler dimanche une fois un accord politique atteint avec la France. L'organisation de cette réunion dépendra en fait de l'avancement des négociations en cours sur le sort du groupe. L'objectif demeure, semble-t-il, de trouver une solution globale avant l'ouverture des marchés lundi. (belga)

  1. Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"
    Mise à jour

    Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"

    La nouvelle ministre fédérale de l’Emploi et de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) a estimé que l’annonce jeudi de la reprise de 62 agences de voyage dépendant de Thomas Cook Retail Belgique par l’entreprise espagnole Wamos était une nouvelle porteuse d’”espoir”. S’exprimant dans le cadre de l’émission “De Ochtend” sur Radio 1 (VRT), elle a cependant précisé qu’elle “continuait d’être préoccupée” par la part du personnel belge qui n’est pas concernée par cette reprise, soit plus de 300 personnes qui devraient malgré tout perdre leur emploi.
  1. Le site web qui vous aide à vendre ou acheter un bien immobilier au meilleur prix

    Le site web qui vous aide à vendre ou acheter un bien immobilier au meilleur prix

    Vendre son bien immobilier ou le mettre en location, trouver la maison de ses rêves… voilà des défis que tentent de relever quotidiennement des milliers de personnes en Belgique. Alors, pourquoi ne pas se simplifier la vie et trouver l’agence immobilière qui vous aidera efficacement à concrétiser vos rêves et besoins? Le site 100% indépendant www.trouverlameilleuresagence.be établit - en un seul clic - des contacts directs entre les particuliers et toutes les agences immobilières dans le but de faciliter la vie de tous les acteurs immobiliers : vendeurs, loueurs, acquéreurs, locataires, agences...
  2. Polémique en Flandre sur le recul des sanctions infligées par le Forem flamand

    Polémique en Flandre sur le recul des sanctions infligées par le Forem flamand

    Le nombre de sanctions infligées dans le cadre du contrôle de la disponibilité des chômeurs par le service public de l'emploi en Flandre (VDAB) a baissé pour la deuxième année consécutive en Flandre. Alors que le nouveau gouvernement Jambon I veut créer 120.000 emplois supplémentaires en 5 ans, la pilule passe mal dans le nord du pays, révèlent De Morgen et Het Laatste Nieuws qui relayent des chiffres de l'Office national de l'emploi (Onem). De son côté le VDAB se défend et estime que les avertissements adressés aux demandeurs d'emploi devraient également être pris en compte.