Plein écran
© photo_news

Didier Reynders en faveur d'une suspension des ventes d'armes à l'Arabie saoudite

Le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense Didier Reynders (MR) s'est prononcé pour une suspension des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, vendredi soir sur La Première. Des armes wallonnes de la FN Herstal sont suspectées d'être utilisées dans le conflit au Yémen.

"C'est vrai qu'il y a un débat à Liège entre l'emploi des 15.000 travailleurs de la FN, et les difficultés que l'on rencontre avec certains acheteurs comme l'Arabie Saoudite en matière de droits de l'homme. Personnellement, j'ai proposé à chaque fois aux régions qu'on aille vers un embargo. Je plaide aussi pour un embargo européen, j'ai fait des démarches pour cela. Et j'ai demandé aux Régions d'avancer en ce sens, quel que soit le ministre président", a déclaré Didier Reynders sur la radio de la RTBF.

C'est le ministre-président wallon Willy Borsus (MR) qui est compétent en matière de vente d'armes pour la Wallonie. "Je crois qu'il serait bon qu'on suspende les contrats de livraison d'armes à l'Arabie Saoudite. On peut le faire, c'est prévu par les contrats. Ça n'a pas été fait par les gouvernements précédents, mais j'espère que cela sera fait par le gouvernement wallon actuel", a poursuivi le chef de la diplomatie belge.

Le projet de recherche #BelgianArms dont le journal Le Soir fait partie a révélé mercredi que l'Arabie saoudite faisait usage d'armes et de technologies belges pour ses opérations au Yémen, rouvrant le débat sur les contrats d'exportations d'entreprises belges comme de la FN Herstal, dont la région wallonne est l'unique actionnaire, vers le pays de la péninsule arabique.