Plein écran
Il n’y aura pas de taxe kilométrique en Wallonie mais bien une nouvelle façon de calculer les deux taxes de circulation existantes. © Photo News

Du changement pour la taxe de circulation en Wallonie

Le nouveau ministre wallon de la Mobilité et du Climat Philippe Henry (Ecolo) a annoncé du changement pour les taxes de circulation dans les années à venir. Ainsi, la taxe de mise en circulation et celle dite de roulage ne seront plus calculées selon les chevaux fiscaux du véhicule mais bien sur base du taux de rejet de CO2 et de la “masse/puissance”, a expliqué le ministre écologiste mardi matin sur Bel RTL. Ces modifications ne devraient cependant pas être effectives avant 2022.

Vous l’aurez compris, l’objectif de cette mesure est d’inciter les citoyens à rouler dans une plus petite voiture, moins polluante, plutôt qu’en gros SUV par exemple. “On va adapter, non pas pour avoir plus de recettes au niveau des pouvoirs publics, mais pour mieux orienter le choix des véhicules”, soulignait ce matin le ministre Henry sur les ondes de la radio privée.

Pas d'effet rétroactif et pas avant 2022

Concrètement, les deux taxes de circulation seront calculées selon le taux de rejet de CO2 et la “masse/puissance” du véhicule et non plus sur base des chevaux fiscaux, comme c’est le cas depuis plusieurs décennies. Cette mesure, qui n’est encore qu’une “simple phrase dans la déclaration de politique régionale”, n’aura pas d’effet rétroactif. Seuls les véhicules nouvellement immatriculés, neufs ou d’occasion, seront donc concernés. D’après Philippe Henry, ces changements ne devraient pas voir le jour avant 2022, une échéance qui lui semble “réaliste.” 

La Wallonie dit “non” à la taxe kilométrique

Autre information: le nouveau ministre wallon de la Mobilité a confirmé que la Wallonie n’avait pas l’intention,  sous cette législature, de mettre en place une taxe kilométrique, comme le veut notamment la Région bruxelloise. “Non, effectivement, ça ne fait pas partie de l’objectif du gouvernement. Bruxelles est dans une réalité géographique très différente. Il y aura cependant des discussions approfondies à ce sujet entre les régions car il y a des objectifs communs”, a déclaré Philippe Henry.