FOCUS COVERAGE DISTRIBUTION REQUESTED TO BELGA

20150603 - SINT-NIKLAAS, BELGIUM: Illustration picture shows  a house being put on sale by Era real estate company in Sint-Niklaas, Wednesday 03 June 2015.
BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE
Plein écran
FOCUS COVERAGE DISTRIBUTION REQUESTED TO BELGA 20150603 - SINT-NIKLAAS, BELGIUM: Illustration picture shows a house being put on sale by Era real estate company in Sint-Niklaas, Wednesday 03 June 2015. BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE © BELGA

Faut-il s’attendre à un krach immobilier?

Les prix immobiliers augmenteront moins fortement cette année, en raison de la crise du coronavirus, que ce que l'on n'aurait pu attendre en début d'année. Pour autant, le risque d'un krach brutal des prix est limité pour le moment, estime jeudi le bancassureur Belfius dans une note d'analyse.

Certains facteurs de soutien du marché immobilier sont en effet toujours bien présents, comme des taux d'intérêt bas ou une hausse du nombre de ménages plus forte que l'offre de nouveaux logements. 

En outre, la volatilité élevée des marchés d'actions pourrait conduire un plus grand nombre d'investisseurs à se tourner vers des investissements immobiliers quand la reprise post-Covid19 gagnera en force, estime Belfius, qui rappelle que "lors de la dernière récession économique, dans le sillage de la crise financière de 2008, le marché immobilier résidentiel belge a également fait preuve d'une grande résistance".

Le marché immobilier tourne au ralenti

Belfius n'en constate pas moins qu'avec la crise du coronavirus, "le marché immobilier tourne au ralenti pour le moment". Une situation qui contraste fortement avec 2019, une année record en termes de nombre de transactions immobilières. 

Par la suite, l'évolution du marché immobilier dépendra de la vitesse à laquelle la propagation du virus pourra être endiguée. "Si nous nous basons sur le scénario d'une levée progressive des mesures de lockdown dans les prochains mois, une grande partie du dommage actuel pourra être rattrapée plus tard dans l'année", estime encore Belfius.

Acheteurs et vendeurs aspirent à un redémarrage rapide du marché

De son côté, la plateforme immobilière Immoweb constate, sur base d'un sondage de 1.850 personnes réalisé début avril, que "les acheteurs et vendeurs, malgré la crise du coronavirus, aspirent clairement à un redémarrage rapide du marché de l'immobilier".

Le sondage révèle toutefois des craintes d'une réduction de la valeur de l'immobilier et, plus encore, de difficultés supplémentaires pour l'obtention d'un prêt.

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.