Plein écran
Carlos Ghosn © ap

Ghosn est "prêt" à rembourser les 50.000 euros de son mariage à Versailles

L'ancien patron de Renault, Carlos Ghosn, est "prêt" à rembourser les 50.000 euros dont il a bénéficié pour l'organisation de son mariage au château de Versailles le 8 octobre 2016, a déclaré vendredi à l'AFP son avocat, Jean-Yves Le Borgne.

Il est "prêt à payer", a déclaré Me Le Borgne, confirmant une information de l'agence Bloomberg. "Il n'a jamais été conscient qu'il les devait puisqu'il n'a jamais été facturé", a-t-il expliqué. "Il a cru que c'était gratuit".

Un avantage en nature
Le groupe au losange a annoncé jeudi qu'il allait signaler à la justice que M. Ghosn avait reçu un avantage en nature de 50.000 euros dans le cadre d'une convention de mécénat avec le Château de Versailles.

"Renault a demandé la mise à disposition de la galerie des Cotelle et du péristyle du Grand Trianon pour l'organisation d'un dîner le 8 octobre 2016", a indiqué de son côté le château de Versailles, dans un communiqué.

L'établissement public a enregistré la location du château de Versailles et du Grand Trianon, une prestation évaluée à 50.000 euros, comme une contrepartie de la convention de mécénat d'un montant de 2,3 millions d'euros signée entre les deux partenaires en juin 2016.

"Conformément à la loi, Renault dispose à ce titre de contreparties à hauteur de 25% maximum de son mécénat", a rappelé le château de Versailles, soit dans le cas présent, 575.000 euros.

Enquête interne lancée en novembre
Le constructeur automobile a réalisé cette découverte dans le cadre d'investigations lancées en interne en novembre, peu après l'arrestation de son ancien patron au Japon.

Jusqu'à présent, ces vérifications n'avaient mis en évidence aucun manquement attribuable au bâtisseur de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors.

Interpellation au Japon
Interpellé à Tokyo le 19 novembre, l'ancien patron emblématique est incarcéré au Japon, soupçonné d'abus de confiance et de minoration de revenus dans les déclarations aux autorités boursières de 2010 à 2018.

M. Ghosn, qui était à la tête de Renault depuis 2005, a démissionné de son poste fin janvier. Il avait été démis de la présidence de Nissan et Mitsubishi à la suite des premières révélations.

  1. Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre  le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”
    Play
    Mise à jour

    Jean-Luc Crucke annonce un front wallon contre le monopole de Skeyes: “Trop is te veel!”

    "Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre, qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien. De son côté, Brussels Airport demande une astreinte de 50.000 euros par vol touché, a-t-on appris.
  2. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.
  3. L'Autorité de la Concurrence mène des perquisitions dans la grande distribution

    L'Autorité de la Concurren­ce mène des perquisiti­ons dans la grande distributi­on

    L'Auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) procède actuellement à des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation", a-t-il annoncé lundi. Ces pratiques pourraient constituer des infractions au code de droit économique et/ou au traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE).