Plein écran
© photo_news

Grève: le point en direct dans les transports et les services publics

UpdateLa circulation ferroviaire était perturbée à différentes échelles mardi matin à l'entame de la journée d'action syndicale. Peu avant 08h30, seul un train sur cinq circulait depuis Liège. Par contre, trois trains sur cinq effectuaient la liaison entre Charleroi et Bruxelles. Peu avant 10h30, environ 60% des trains circulaient, selon la SNCB. Trois cabines de signalisation étaient par ailleurs inexploitées car le personnel ne s'est pas présenté, précise Infrabel. Quelques actes isolés d'intrusions sur les voies ont été signalés en Wallonie et à Bruxelles, et plus particulièrement à Hamoir, Braine-le-Comte et Forest.

Peu avant 08h30, trois trains sur cinq reliaient Charleroi et Bruxelles, contre trois sur quatre un peu plus tôt, selon les informations communiquées par le porte-parole de la SNCB, Thierry Ney. 

Namur
Entre Namur et Bruxelles (ligne 161), deux trains sur trois roulaient et entre Arlon et Namur (ligne 162), trois trains sur cinq étaient en service. Sur ces deux lignes, d'importants retards sont toutefois enregistrés. Un piquet de grève a également été installé au parking voyageur de la gare de Namur, selon Thierry Ney.

Concernant Tournai, seul un train sur quatre vers Bruxelles était opérationnel, ainsi que la moitié des trains entre Charleroi et Namur.

Liège
La situation à Liège (ligne 36) était plus difficile, avec un train sur cinq rejoignant Bruxelles mardi matin. En raison d'un manque de personnel dans la cabine de signalisation à Flémalle Haute, la circulation est aussi empêchée entre Huy et Liège, ajoute le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel. 

Mons
Un train sur deux circulait depuis Mons vers la capitale. Les membres du personnel de la cabine de Quévy ne s'étant pas présentés, tout comme à celle de Visé, ces cabines ne sont pas en mesure de fonctionner. Les voyageurs qui souhaitent se rendre à Bruxelles depuis Quévy doivent donc se rendre à Mons directement. 

Braine-le-Comte
Des voies sont par ailleurs occupées à Braine-le-Comte et à Hamoir, précise de son côté Arnaud Reymann, porte-parole d'Infrabel. Comme annoncé, le gestionnaire du réseau a mandaté la police et des huissiers face à cette situation. Ces intrusions ont eu peu de répercussions sur le trafic.

Circulation globale
De manière plus globale, environ 67% des trains roulaient entre 06h00 et 7h00 sur la ligne Liège-Louvain-Bruxelles, 78% entre Namur et Bruxelles (ligne 161), environ 60% entre Mons et Bruxelles et 43% entre Tournai et la capitale, selon des données d'Infrabel.

Le porte-parole de la SNCB souligne que la situation peut fortement évoluer en cours de journée. Il conseille aux voyageurs de se tenir informés via les différents canaux de communication de la SNCB.

Premières files à l'entrée de Bruxelles
Les premières files commençaient mardi peu avant 07h00 à l'entrée de la capitale, depuis Overijse sur la fin de la E411, indique Bruxelles Mobilité. Des embarras de circulation étaient attendus en matinée, à la suite de l'appel à la grève et de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux.

Les automobilistes effectuaient environ 6 km en 17 minutes depuis Overijse vers Bruxelles. Au niveau du viaduc fermé vers Bruxelles, le trafic était chargé mais encore relativement fluide.

La Stib presqu'à l'arrêt
Seule la ligne de métro 1 était exploitée mardi matin à Bruxelles. La fréquence sur cette ligne est toutefois fortement réduite pour une heure de pointe, à raison d'un train toutes les 10 minutes environ, précise Cindy Arents, porte-parole de la Stib. Les lignes de métro 5, 2 et 6 sont à l'arrêt.

Trams et bus
Du côté des trams, seules les lignes 3, 4, 7, 82, 92 et 94 sont en service, mais également à fréquence réduite par rapport à une journée normale, nuance la Société des transports intercommunaux de Bruxelles. Concernant les bus, plus aucun ne roulait vers 08h00, alors que deux lignes étaient en service plus tôt dans la matinée. 

La Stib communiquera les mises à jour du trafic sur ses comptes Facebook et Twitter tout au long de la journée.

TEC Hainaut
À Charleroi, aucun bus n'est sorti des dépôts excepté un véhicule de la ligne 67 du dépôt de Jumet et un 91 du dépôt d'Anderlues. Aucun métro ne roule, selon les chiffres du TEC. Au TEC Hainaut, si 31% des services sont assurés à Mons, ce pourcentage chute à 4% dans le Borinage et à 5% dans le Centre. Dans le Hainaut occidental, 73% des véhicules sont en service.

TEC Liège
En région liégeoise, le réseau du TEC Liège-Verviers est complètement paralysé, des piquets de grève ayant été déployés devant les 11 dépôts de la société. "C'est une réussite totale. Les agents non affiliés à la CGSP ne se sont pas présentés pour prendre leurs services", a expliqué Dona Balbo, permanente CGSP au TEC.

TEC Brabant et Luxembourg
Par ailleurs, 25% des bus roulent en province de Namur et 60% dans la province de Luxembourg. Quant au Brabant wallon, 69% des bus y sont en circulation. Toutes les informations concernant ces perturbations sont disponibles sur le site infotec.be et seront actualisées régulièrement en fonction de l'évolution de la situation, précise la société qui indique enfin que les 900 circuits de transport scolaire vers l'enseignement ordinaire et spécialisé sont tous assurés.

Administration liégeoise
De nombreuses administrations en région liégeoise sont impactées par la journée d'action organisée par le syndicat socialiste. Parmi elles, les services de la Ville de Liège ainsi que ceux de la Province, annonce Joël Thone, secrétaire intersectoriel de la CGSP Liège. Des tracts de sensibilisation sont par ailleurs distribués devant les bâtiments des finances et des pensions. Les intercommunales sont également touchées par l'action, mais la sécurité et la maintenance sont cependant assurées sur les sites sensibles, annonce la CGSP. Des piquets filtrants ont été installés à l'arsenal militaire de Rocourt.

Verviers
Un cortège de 400 personnes se déplace depuis 6h dans les rues de Verviers afin de vider les différentes administrations qui fonctionnent normalement, a annoncé Antonio Bernet, secrétaire régional intersectoriel de la CGSP Verviers en milieu de matinée alors que les militants étaient en train d'évacuer les bâtiments des finances situés rue de Dison.

Enseignement
Le mouvement est particulièrement bien suivi dans l'enseignement. "Les affiliés en ont marre de cette politique antisociale, anti-services publics", assure M. Thone, qui souligne que depuis l'avènement du gouvernement Michel, la CGSP Liège a enregistré une hausse de 5% de ses membres.

Écoles "au ralenti"
Globalement, les écoles tourneront "au ralenti" ce mardi. Il est cependant impossible de donner une estimation précise de l'ampleur du mouvement, souligne le président de la CGSP Enseignement, Joseph Thonon. La CGSP étant traditionnellement majoritaire dans l'enseignement officiel, ce réseau devrait être le plus impacté par la grève, selon M. Thonon. Le fondamental devrait être moins touché que le secondaire, l'accueil y étant plus nécessaire, ajoute-t-il. En outre, les problèmes de transport en commun concernent davantage les élèves plus âgés.

Flandre
En Flandre, trois trains sur cinq circulaient entre Anvers vers Bruxelles, contre quatre sur cinq sur la ligne Gand-Denderleeuw-Jette. La liaison Ostende-Bruxelles (50A) pouvait quant à elle compter sur la moitié des trains. Entre Gand et Courtrai, deux trains sur cinq roulaient, et deux sur trois entre Anvers et Gand.

De Lijn
Le trafic des bus et trams De Lijn était également perturbé mardi matin, avec environ 70% des chauffeurs qui ont pris le service, indique la société de transport en commun flamande. La quasi totalité (90%) des bus circulent par contre vers Herrmann-Debroux.

Situations locales
À Anvers, la moitié des trams circulent tandis que dans le Limbourg, 70% des bus sont en service. Environ 70% des chauffeurs sont au travail en Flandre orientale. Les perturbations sont principalement enregistrées à Gand, Alost et Saint-Nicolas. Dans le Brabant flamand, environ trois quarts des chauffeurs sont au volant et 75 à 80% des voyages sont assurés. Du côté de la Flandre occidentale, 70% des conducteurs travaillent en moyenne.

Plein écran
© photo_news