Plein écran
Gerald Cotton © Twitter

Il investit l'argent de la société dans des Bitcoins puis meurt sans donner les codes

Investir reste une activité risquée. Surtout si vous mettez votre argent durement gagné dans le monde encore nouveau de la crypto-monnaie. La situation se corse lorsque c'est l'argent d'une entreprise qui a été investi et que le directeur, l'unique personne à connaître les mots de passe, décède.

La société canadienne Quadriga CX, qui a investi dans la monnaie numérique, était dirigée par Gerald Cotton. À peine âgé de trente ans, le directeur général est mort en décembre dernier suite à des complications liées à la maladie de Crohn.

À son décès totalement imprévu, les employés ont réalisé qu'il était le seul à connaître les mots de passe du portefeuille numérique et que, grâce à un investissement fructueux, le compte contenait 126 millions d'euros. Malgré des recherches minutieuses, l'épouse de Gerlad Cotton n'est jamais parvenue à retrouver les codes. 

"Un complot"
Depuis la mort du directeur, un message sur la page Facebook de l'entreprise indique que la société n'est pas en mesure de payer aux fournisseurs et aux clients les 46 millions d'euros dont elle est actuellement débitrice. Voilà de quoi alimenter les plus grandes spéculations dans le monde des entreprises. Certains ont crié au complot et ont même prétendu que l'avis de décès apparu sur les réseaux sociaux était un faux.

Les fonds auraient été stockés dans des portefeuilles extrêmement protégés, non connectés à Internet et accessibles uniquement par des personnes détenant les clés ou les mots de passe. Il s'agit d'une pratique courante en matière de crypto-monnaie car elle permet d'éviter le piratage. Certains précisent toutefois qu'il est inhabituel que les clés soient détenues par une seule personne.

Enquête
Suite à l'annonce, la société va faire l'objet d'une enquête pour voir si une autre personne ne détiendrait pas les clés et tenterait de vider le compte en cachette.