Plein écran
© belga

"Il ne faut plus se moquer des Wallons", prévient un député flamand

C'est un député CD&V qui l'annonce formellement: la Flandre perd son avance économique sur la Wallonie, lit-on dans Le Soir mercredi. Tonicité, création d'emplois, de richesse, résistance à la crise, productivité des travailleurs... la Wallonie n'a plus rien à envier à la Flandre. Du moins pas en temps de crise.

Si l'on en croit l'analyse de Johan Sauwens, député flamand, le cliché du Wallon fainéant et pauvre face au Flamand travailleur et fortuné ne pèse plus lourd. L'homme politique met en exergue la tendance qui se dégage des chiffres de l'Insitut des comptes nationaux (de 2011): l'économie flamande ralentit tandis que l'économie wallonne connaît un essort modeste mais réel. L'un dans l'autre, le Sud du pays talonne aujourd'hui un Nord qui se pense parfois tout-puissant. À tort?

Hausse des nouvelles sociétés
Premier élément qui détermine l'hypothèse du député: la tonicité de la croissance wallonne. Avec la crise, la Flandre industrialisée souffre tandis que la Wallonie, qui compte plus d'emplois publics, ressent moins durement le contexte économique difficile. Ce qui s'illustre dans les taux de croissance cumulée entre 2007 et 2011: 4,8% pour la Wallonie contre 2,3% en Flandre. Par ailleurs les secteurs pharmaceutiques, commerciaux et du bâtiment se portent mieux en Wallonie qu'au Nord du pays. Enfin, le nombre de nouvelles sociétés en Flandre régresse, tandis qu'il évolue côté wallon. Toutes proportions gardées évidemment, car la Flandre compte encore 54% des nouvelles entreprises contre 28,4% seulement en Wallonie. Mais une mécanique d'inversion des rôles semble en marche.

Plus de boulot
Second élément: la création d'emplois. 10,8% de nouveaux emplois en Wallonie dont une hausse de 11,9% dans le secteur privé; 9,6% en Flandre dont une augmentation de 9,6% seulement dans le privé. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Question richesse produite, ajoute le quotidien, la Wallonie s'envole également devant la Flandre avec respectivement 23,9% (hausse de 0,5%) et 18,9% (baisse de 0,3%) de la valeur ajoutée belge.

La Flandre moins attrayante en termes de productivité
Troisièmement et c'est la partie qui fait la vie dure aux clichés: la Wallonie devient aussi concurrentielle que le Flandre. Quelques chiffres pour comprendre: si le salaire moyen du travailleur flamand est 12,6% plus élevé que celui du travailleur wallon, sa productivité ne devance plus celle du Wallon que de 12,7%. Qu'en déduire? Que cette différence salariale et parallèlement la baisse de productivité rend la Flandre moins attrayante en termes de production. Sans compter que les salaires wallons s'envolent moins vite, accentuant la tendance. CQFD.

"La Flandre doit renoncer d'urgence à son autosuffisance et se reprendre", lance Sauwens en guise d'avertissement. Mais que la Wallonie ne s'estime pas trop vite sauvée, car ces tendances favorables au Sud du pays valent surtout en temps de crise économique. Si l'économie globale reprend du poil de la bête, la Flandre pourra reprendre le taureau par les cornes. Reste à savoir quand.

  1. Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnaires

    Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnai­res

    La société de divertissement Studio 100, que l'on retrouve derrière les parcs d'attractions Plopsa, explore la possibilité d'élargir et de renforcer son actionnariat, indique-t-elle samedi. Cela à la suite du succès de sa stratégie d'expansion internationale. Les fondateurs Gert Verhulst et Hans Bourlon, qui garderont la majorité des actions, en disposent actuellement chacun d'un tiers, le reste revenant à BNP Paribas Fortis Private Equity.