Plein écran

InBev avale Anheuser-Busch pour devenir numéro un

Plein écran

Le brasseur belgo-brésilien InBev reprend l'Américain Anheuser-Busch, créant le numéro mondial de la bière, annoncent lundi les deux sociétés dans un communiqué commun. La transaction, qui devrait être finalisée pour la fin de l'année, s'élève à 52 milliards de dollars (32,7 milliards d'euros).

Le mariage des deux brasseurs donnera naissance à "Anheuser-Busch InBev", une entité représentant un chiffre d'affaires annuel de 26,6 milliards d'euros et 460 millions d'hectolitres de ventes.

Après des semaines de négociations et une hausse de l'offre d'InBev, le conseil d'administration d'Anheuser-Busch a accepté la proposition d'Inbev, qui paiera 70 dollars cash par action, pour un total de 52 milliards de dollars. Anheuser-Busch InBev devient ainsi la plus grosse brasserie et l'une des cinq plus importantes entreprises de produits de consommation au monde. La transaction doit encore être approuvée par les actionnaires et par les instances européennes et américaines de régulation des marchés.

Cette reprise offre d'énormes opportunités en termes de bénéfices et chiffres d'affaires ainsi qu'en économies de coûts, affirme InBev. La transaction n'aura aucun impact sur le bénéfice par action en 2009. L'entité regroupera plusieurs marques de renom, dont Budweiser, Stella Artois et Beck's.

Les deux sociétés estiment que la transaction "est du meilleur intérêt pour les actionnaires, les travailleurs, les vendeurs, les partenaires commerciaux". Les actionnaires des deux brasseurs se prononceront sur la fusion lors d'assemblées extraordinaires.

Carlos Brito, CEO d'InBev, sera le patron de la nouvelle entreprise. August Busch IV, qui est à la tête d'Anheuser-Busch, obtiendra, tout comme un autre directeur du brasseur américain, un siège au conseil d'administration.

Budweiser gardera son siège aux Etats-Unis, à Saint-Louis (Missouri), où le siège principal nord-américain sera également installé. Toutes les brasseries américaines d'Anheuser-Busch resteront ouvertes. (belga)

  1. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.
  2. L'Autorité de la Concurrence mène des perquisitions dans la grande distribution

    L'Autorité de la Concurren­ce mène des perquisiti­ons dans la grande distributi­on

    L'Auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) procède actuellement à des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation", a-t-il annoncé lundi. Ces pratiques pourraient constituer des infractions au code de droit économique et/ou au traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE).