Plein écran
© Photo News

“Je ne veux plus voir les aéroports wallons prisonniers de mouvements menés par des travailleurs flamands”

La Wallonie bloque toujours une facture de 5,6 millions d'euros due à Skeyes, le gestionnaire du trafic aérien en Belgique, a confirmé mercredi, en séance plénière du Parlement de Wallonie, le ministre régional en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke (MR). Une réunion de conciliation est prévue le 19 décembre.

Plein écran
© Photo News

"Avec Skeyes, c'est une longue histoire et surtout une histoire de monopole. Depuis 2013, la Région demande de la clarté sur la facturation" liée au contrôle des mouvements opérés dans les deux aéroports wallons, à Liège et à Charleroi, a rappelé le ministre Crucke.

“Ces factures ne cessent d’augmenter”

"Ces factures ne cessent d'augmenter, ce qui correspond aussi, et il faut s'en réjouir, à une hausse du trafic dans nos aéroports", a-t-il ajouté. Mais tout de même: entre 2004 et 2011, les montants facturés par Skeyes ont plus que triplé, avait récemment indiqué le cabinet du ministre au journal Le Soir.

Une augmentation qui passe d'autant plus mal que les aéroports régionaux, principalement situés au sud du pays, ont souffert des mouvements de grève qui ont paralysé le contrôleur fédéral au printemps passé. 

“Nous attendons des éclaircissements”

À l'époque, Jean-Luc Crucke avait annoncé une suspension du paiement des factures, toujours d'application fin 2019. "Aujourd'hui, nous attendons encore des éclaircissements sur les montants des factures et nous déciderons, une fois les informations reçues, quelle attitude la Wallonie adoptera", a précisé le ministre.

Une réunion de conciliation est prévue le 19 décembre.

Jean-Luc Crucke n'y manquera pas de faire valoir son point de vue: “Je ne veux plus voir les aéroports wallons prisonniers de mouvements sociaux menés exclusivement par des travailleurs flamands", a-t-il conclu.

Plein écran
Jean-Luc Crucke (MR) © Photo News