Plein écran
© afp

L'affaire Ghosn va "dissuader" les patrons d'aller au Japon

Le président de l'organisation patronale française Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a jugé mercredi "absolument inqualifiable" le traitement infligé par le Japon à l'ex-patron de Renault Carlos Ghosn, estimant que cela allait dissuader beaucoup d'entreprises et de cadres de se rendre dans ce pays.

"Le système judiciaire japonais, qu'on découvre tous, est absolument scandaleux. Finalement la défense ne peut absolument pas s'exprimer", a déclaré le dirigeant de la première organisation patronale française sur la chaîne de télévision CNEWS.

"Carlos Ghosn doit pouvoir bénéficier des droits de la défense auxquels n'importe quelle personne a droit dans ces circonstances et la manière dont il est traité par le Japon est absolument inqualifiable", a-t-il poursuivi.

"Je pense que ça va dissuader beaucoup d'entreprises, beaucoup de cadres, beaucoup de patrons d'aller au Japon", a ajouté M. Roux de Bézieux.

Dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant sa dernière arrestation le 4 avril, Carlos Ghosn clame son innocence et accuse de nouveau des dirigeants de Nissan de "complot" et "trahison".

"Il est re-arrêté pour l'empêcher de parler manifestement, c'est inadmissible", a encore dit le président du Medef qui a refusé de se prononcer sur les accusations de M. Ghosn contre les dirigeants de Nissan.

M. Roux de Bézieux estime que ce "serait une bonne solution" que M. Ghosn soit jugé en France tout en admettant ne pas savoir "si c'est possible juridiquement".

L'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan est sous le coup de quatre chefs d'inculpation par la justice japonaise, pour déclarations inexactes de revenus, abus de confiance et transfert de fonds appartenant à Nissan vers une société sous son contrôle.

Pour M. Roux de Bézieux, le traitement de cette affaire "nous rappelle qu'en Europe on a heureusement une justice avec des droits de la défense". "Ca nous rappelle l'intérêt de faire des affaires en Europe", a souligné le patron du Medef.