Plein écran
Photo d'illustration © photo_news

La 5G en démonstration d'utilisation à Liège

Orange Belgique a présenté lundi une série de cas concrets d'utilisation de la 5G. Il s'agit d'une première dans le genre en Belgique. Et c'est à Liège, dans le cadre du Château de Colonster et du Cercle de Wallonie, qu'a eu lieu cette démonstration de l'opérateur télécom. Elle n'aurait en effet pas été possible à Bruxelles en raison des normes d'émission trop strictes actuellement en vigueur.

Orange s'est associé à Nokia pour démontrer le potentiel et les applications de la future 5G appelée à succéder à l'actuelle 4G à partir de 2020. Une technologie dix fois plus rapide que ce que ne permettent les réseaux mobiles pour le moment.

Les améliorations qu'elle apportera en termes de vitesse, de latence, de capacité, de fiabilité ou de sécurité ouvriront en outre le champ à de nouvelles applications comme les réalités virtuelle ou augmentée, les hologrammes, les véhicules connectés ou les services de santé en ligne. 

Une opération inédite en Belgique

Orange Belgique a profité de la venue de Stéphane Richard, le grand patron du groupe français du même nom, devant certaines personnalités politiques liégeoises et les patrons du Cercle de Wallonie pour démontrer concrètement certaines de ces applications.

Une démonstration inédite en Belgique mais qui n'aurait toutefois pas pu avoir lieu à Bruxelles en raison des normes d'émission trop strictes qui y sont en vigueur pour les antennes des opérateurs. C'est donc à Liège que Nokia et Orange se sont rendus, en accord avec l'Institut belge des postes et télécommunications (IBPT), le régulateur du secteur.

L'opérateur belge y a néanmoins réaffirmé sa volonté de commencer à déployer la 5G dès que possible pour ses clients résidentiels et professionnels. "Et cela avance petit à petit sur la problématique bruxelloise", y reconnaît-on.

  1. Le CSF recommande de ne pas prendre la déclaration d'impôts simplifiée pour argent comptant

    Le CSF recommande de ne pas prendre la déclarati­on d'impôts simplifiée pour argent comptant

    Le Conseil Supérieur des Finances (CSF) recommande au contribuable de ne pas prendre la déclaration d'impôts simplifiée pour argent comptant, écrit La Libre mardi sur son site internet. Si le CSF concède que cela allège considérablement le fardeau administratif, il dit aussi que "pour un nombre considérable de contribuables, il existe une certaine incertitude quant à l'exactitude des données pré-saisies".