Les paiements électroniques, et si possible sans contact, sont mis en avant comme un moyen de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.
Plein écran
Les paiements électroniques, et si possible sans contact, sont mis en avant comme un moyen de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. © photo_news

La limite pour les paiements sans contact revue à la hausse

Les banques ont décidé d'augmenter les limites pour les paiements par carte sans contact et sans code Pin, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, a annoncé lundi Febelfin.

Concrètement, la limite de transaction pour les paiements par carte sans contact et sans code Pin en Belgique est portée de 25 à 50 euros par opération. Les consommateurs ne devront saisir un code Pin que lorsqu'ils paieront plus de 50 euros.

En cas de paiements successifs par carte sans contact et sans code Pin, la limite cumulée sera portée à 100 euros.
"A partir du 14 avril, les terminaux de paiement aujourd'hui en service - dans le cadre des mesures de confinement actuelles - seront progressivement adaptés aux nouvelles limites", précise Febelfin dans un communiqué.

Un moyen de lutter contre la propagation du virus

Selon la fédération du secteur financier, "la mesure restera en vigueur tant que cela s'avérera nécessaire, et sera régulièrement réévaluée.”

Le nouveau plafond a été fixé à 50 euros car une directive européenne n'autorise pas les paiements sans contact sans code Pin au-delà de ce montant. Febelfin a par ailleurs réalisé des vidéos didactiques à destination des personnes peu habituées aux paiements digitaux.

Les paiements électroniques, et si possible sans contact, sont mis en avant comme un moyen de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.