Plein écran
Agence nationale pour l'emploi © reuters

La récession au Portugal plus grave que prévu en 2012

La récession a continué de s'accentuer au Portugal au dernier trimestre 2012 et l'activité économique a chuté de 3,2% sur l'ensemble de l'année dernière, selon une estimation provisoire publiée jeudi, qui dépasse les prévisions officielles.

Dans le cadre d'un plan d'aide financière accordé par l'Union européenne et le Fonds monétaire international en échange d'une cure de rigueur budgétaire, le gouvernement portugais et ses créanciers tablaient sur un recul du Produit intérieur brut (PIB) de 3% en 2012, après une récession de 1,6% en 2011. Alors que le taux de chômage a atteint au dernier trimestre 2012 un nouveau record à 16,9%, l'économie portugaise devrait continuer de se replier cette année. Pour 2013, le gouvernement de centre droit et ses bailleurs de fonds prévoient une contraction de 1% du PIB tandis que la Banque du Portugal, plus pessimiste, table sur un recul de 1,9%. D'après une première estimation publiée jeudi par l'Institut national des statistiques (Ine), le PIB du Portugal a chuté de 1,8% au dernier trimestre 2012, à la suite d'une contraction de 0,9% au troisième trimestre. En glissement annuel, l'activité économique a reculé de 3,8% au quatrième trimestre, après une baisse de 3,5% au trimestre précédent. Cette évolution s'explique par "une diminution moins accentuée des importations de biens et services et une réduction des exportations", a indiqué l'Ine dans un communiqué. En revanche, la chute de la demande intérieure a pesé moins lourdement en raison d'un recul moins significatif de l'investissement, a précisé l'office statistique. L'Ine avait annoncé mardi que les exportations portugaises ont progressé de 5,8% sur l'ensemble de l'année dernière, mais de 1% seulement au dernier trimestre, tandis que les importations ont reculé de 5,4% en 2012. L'ensemble de la zone euro aussi s'est enfoncée dans la récession au quatrième trimestre 2012, avec un PIB en repli de 0,6%, a indiqué jeudi l'office européen des statistiques, Eurostat.

  1. Ces offres de crédit alléchantes sont une arnaque

    Ces offres de crédit alléchan­tes sont une arnaque

    L'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met en garde lundi contre plusieurs offres frauduleuses proposées par Evolutive Banque (Revolte-Finance), Global Credit et Imperial Finances. "Il s'agit de faux crédits proposés pour dérober de l'argent aux consommateurs. Les personnes qui les offrent sont des escrocs qui se font passer pour des prêteurs ou pour des collaborateurs d'établissements de crédit", explique la FSMA.
  2. 1.600 Belges piégés par de faux amis: “Ils volent votre cœur puis votre argent”

    1.600 Belges piégés par de faux amis: “Ils volent votre cœur puis votre argent”

    L’affaire de quelques naïfs? Le phénomène des fraudes en ligne semble toucher bien plus de Belges qu'imaginé, mais ces derniers taisent souvent avoir été victimes d’une épouvantable supercherie. Selon les informations d’Het Laatste Nieuws, quelque 1.600 Belges auraient été arnaqués par de soi-disant amis au cours des quatre dernières années. On parle de 13,6 millions d’euros ainsi extorqués par des escrocs rencontrés sur les réseaux sociaux et des sites de rencontres.