Plein écran
© epa

Lanceurs Ariane et Vega: 150 emplois créés en Belgique, notamment à Liège et Charleroi

Quelque 150 emplois seront créés à Bruxelles, Liège, Charleroi et Lummen pour les nouveaux lanceurs Ariane et Vega grâce à la contribution majorée de la Belgique aux programmes de l'Agence spatiale européenne (ESA), a annoncé mardi le ministre de la Politique scientifique David Clarinval. 

C'est sur ces mots que le vice-Premier ministre MR a ouvert la 12e Conférence spatiale européenne, qui se tient ces mardi et mercredi au Palais d'Egmont à Bruxelles et est devenue un rendez-vous annuel prépondérant des décideurs publics et des industriels de l'espace.

Rude concurrence spatiale

"La garantie d'un accès autonome à l'Espace nous est assurée par la variété des lanceurs dont nous disposons et plus particulièrement par l'activation du dernier lot d'Ariane 5", a souligné M. Clarinval, alors que la concurrence est rude pour placer sur orbite des satellites de fourniture d'internet face aux projets américains ou chinois.

Premier vol d’Ariane 6

Le premier vol d'Ariane 6, appelée à remplacer les différentes évolutions d'Ariane 5 dont la première version remonte à 1996, est prévu fin décembre prochain, de même qu'un premier lot de production de 14 lanceurs pour les années 2020-2022. Pour la Belgique, cela représente un potentiel de 100 emplois à haute valeur ajoutée chez les industriels concernés (Sabca, Safran AeroBoosters et Thales Alenia Space).

Premier vol de Vega C

Le premier vol de Vega C, un lanceur plus léger qu'Ariane, sera lui effectué entre juillet et octobre de cette année. À terme, 50 personnes seront employées en Belgique dans le cadre des activités de production de Vega-C et de Vega-E (Sabca, Spacebel et Safran AeroBoosters).

“Systèmes d’actuation”

Ces entreprises seront sollicitées pour les “systèmes d’actuation" (qui transforment un signal de commande en action mécanique), les vannes de régulation des fluides pour moteurs et réservoirs ou encore pour les "chaînes de sauvegarde" qui neutralisent le lanceur au cas où sa trajectoire mettrait en péril des personnes ou des biens.

Investissements de la Belgique

Ces emplois, selon le ministre Clarinval, sont une retombée des investissements "sans précédent" de la Belgique dans les programmes de l'ESA: ils atteindront 1,45 milliard d'euros pour la période 2020-2024, contre 1,2 milliard d'euros pour la période précédente. Une autre retombée de cet engagement avait déjà été annoncée: le choix par l'ESA du site du Centre européen de la sécurité et de l'éducation spatiale (ESEC) à Redu, en province de Luxembourg, pour abriter son futur centre de cyber-sécurité.

Politique de “juste retour”

ArianeGroup coordonne un réseau industriel regroupant plusieurs centaines d'entreprises (dont 350 PME) dans 13 pays européens. Fidèle à sa politique de "juste retour", l'Agence spatiale européenne garantit à ses 22 États membres des contrats nationaux proportionnels à leurs investissements. Dans les programmes lanceurs, la Belgique figure au cinquième rang des pays les plus actifs, derrière la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne.

Plein écran
© ESA