Plein écran
© reuters

Le bénéfice de Google grimpe de 36% au 3e trimestre

Le géant américain de l'internet Google a publié jeudi des résultats supérieurs aux attentes des analystes pour le troisième trimestre, durant lequel son bénéfice net a bondi de 36% à 2,97 milliards de dollars. Le bénéfice par action hors exceptionnels, qui fait référence aux Etats-Unis, a dépassé de 40 cents la prévision moyenne des analystes, à 10,74 dollars.

Le chiffre d'affaires a également progressé plus que prévu, de 12% à 14,89 milliards de dollars. Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, l'action Google grimpait de 6,10% à 943 dollars vers 20H20 GMT (22h20 heure belge). Parmi les données très surveillées dans ses résultats, Google fait état d'une hausse de 26% sur un an et de 8% sur un trimestre des clics sur les publicités qu'il sert aux internautes, en fonction desquels il est payé par les annonceurs.

Le prix moyen par clic a en revanche encore reculé, de 8% sur un an et de 4% comparé au deuxième trimestre. Google, comme tous les fournisseurs de services gratuits sur internet, se finance essentiellement grâce à ces publicités. La filiale de téléphonie mobile Motorola, qui vient de sortir un nouveau smartphone, le Moto X, est pour sa part restée dans le rouge: elle accuse encore une perte d'exploitation de 248 millions de dollars au troisième trimestre, pour un chiffre d'affaires de 1,18 milliard de dollars.

  1. Les syndicats dénoncent des entreprises qui abusent du chômage pour leurs malades
    coronavirus

    Les syndicats dénoncent des entrepri­ses qui abusent du chômage pour leurs malades

    La CNE dénonce vendredi des abus de "force majeure" d'entreprises qui placent rétroactivement leurs employés malades au chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus, au lieu de leur verser un salaire garanti, comme le prévoit la législation. Le syndicat chrétien parle d'attitude "révoltante" mais aussi "socialement irresponsable". Le Setca a également connaissance d'entreprises ayant recours au chômage temporaire et qui mettent fin anticipativement au paiement du salaire garanti de leurs malades pour les faire basculer sur la mutuelle.