Plein écran
© REUTERS

Le chinois Fosun rachète la marque Thomas Cook

Le groupe chinois Fosun a annoncé vendredi l'acquisition de la marque Thomas Cook pour 11 millions de livres (13 millions d'euros), plus d'un mois après la retentissante faillite du voyagiste britannique.

Fosun explique dans un communiqué boursier publié à la Bourse de Hong Kong que Thomas Cook est l'une des marques de tourisme les plus connues au monde forte de ses 178 ans d'histoire, ce qui en faisait l'acteur le plus ancien du secteur.

La transaction prévoit également l'achat d'autres droits de propriété intellectuelle comme les comptes des réseaux sociaux.

L'entreprise chinoise, déjà propriétaire du Club Med, avait prévu de prendre une participation majoritaire dans l'activité de tour-opérateur de Thomas Cook, mais ce plan de sauvetage n'a pas pu aller à son terme et le voyagiste était à court d'argent et a fini par être liquidé du jour au lendemain le 23 septembre.

Depuis le liquidateur public au Royaume-Uni tente de vendre les actifs pour tenter de rembourser les créanciers.
Il a déjà cédé pour 6 millions de livres le réseau d'agences au Royaume-Uni à la chaîne Hays Travel, ce qui devrait permettre de sauver jusqu'à 2.500 emplois sur les 9.000 au total pour le groupe dans le pays.

La faillite du groupe, qui a souffert ces dernières années des incertitudes du Brexit et des changements de modes de consommation, a laissé sur le carreau non seulement des milliers d'employés mais a nécessité une opération de rapatriement hors normes de dizaines de milliers de touristes.

  1. Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    À l'image de la Française des Jeux (FDJ), qui a fait son entrée à la Bourse de Paris jeudi, le patron de la Loterie nationale verrait bien l'entreprise suivre le même schéma, à Bruxelles cette fois. "Un beau dossier pour l'investisseur belge", estime ainsi Jannie Haek dans les colonnes de L'Echo et De Tijd vendredi. Pour le ministre fédéral de tutelle David Clarinval (MR), une telle opération n'est toutefois "pas à l'ordre du jour".