Plein écran
Guillaume Boutin © BELGA

Le Français Guillaume Boutin nouveau CEO de Proximus, le plan de transformation validé

Mise à jourLe Français Guillaume Boutin devient le nouvel administrateur délégué de Proximus. Ainsi en a décidé le conseil d’administration de l’opérateur, ce mercredi. L’homme y était déjà actif depuis deux ans en tant que responsable de la division consommateurs. Il succède à Dominique Leroy, qui avait annoncé son départ au début du mois de septembre. Il prendra ses fonctions le 1er décembre prochain.

Guillaume Boutin a été directeur du marketing chez Canal+ en France durant deux ans, avant de traverser la frontière et de rejoindre Proximus à l’été 2017. “Dans sa fonction de CEO, Guillaume aura comme mission de poursuivre la digitalisation du Groupe, de mettre en place le plan de transformation ainsi que de préparer Proximus aux grands défis auxquels l’entreprise et l’ensemble du secteur des télécommunications seront confrontés dans les années à venir”, souligne Proximus.

Un ancien de SFR

Le monde des télécoms ne lui était toutefois pas étranger puisqu’il a travaillé pour l’opérateur français SFR durant plusieurs années, notamment en tant que directeur financier et chargé du marketing.  “Proximus est une entreprise unique. Je connais l’exceptionnel talent et professionnalisme de ses équipes, la force de ses marques et l’excellence de ses réseaux et de son service client. La force de Proximus, c’est d’être un leader technologique, mais surtout d’avoir le client au cœur de sa stratégie”, a déclaré le nouveau CEO. “Avec le Comité exécutif et l’ensemble des équipes, nous allons nous appuyer sur ces atouts maîtres pour renforcer la place de Proximus en tant qu’opérateur leader en Belgique et au Luxembourg”, a-t-il ajouté. 

Première intervention en néerlandais

Guillaume Boutin, qui a commencé sa première intervention en tant que futur CEO en néerlandais - il s’engage d’ailleurs à développer ses compétences dans la langue de Vondel, qu’il comprend déjà un peu -, dit avoir une véritable passion depuis toujours pour les technologies et le monde numérique. Il a la conviction que “tout tourne autour du client” dans ce secteur et qu’il faut pouvoir anticiper les disruptions du marché. Raison pour laquelle il faut continuer à développer la transformation digitale de Proximus, estime-t-il, afin d’en faire “un opérateur de référence en Europe” et une entreprise leader sur les technologies. Elle doit être une marque relevante et de confiance, ambitionne-t-il.

Fibre optique et 5G

Ce qui passera par le développement des réseaux (et donc de la fibre optique et de la future 5G), mais aussi par un service au client “visiblement supérieur”. À ses yeux, l’opérateur doit aussi avoir un impact sociétal au sens large. L’entreprise a ainsi un rôle à jouer dans la réduction de la fracture numérique, dans l’éducation des talents au monde numérique ou encore dans l’approche circulaire de l’économie.  Guillaume Boutin mise aussi sur le développement d’écosystèmes locaux et des économies de plateforme, a-t-il détaillé. À ses yeux, il faut développer de nouveaux leviers de croissance et modèles de faire des affaires. Cela afin d’assurer “une profitabilité acceptable pour Proximus”.

Départ de 1.300 collaborateurs

Croyant profondément aux bénéfices des progrès technologiques, le nouveau patron entend donc poursuivre la transformation digitale de Proximus et la mise en oeuvre du plan de transformation, qui prévoit le départ de 1.300 (et non plus 1.900) collaborateurs, “dans le plus grand respect des travailleurs”. “Nous mettrons tout en œuvre pour un retour à la sérénité après une période d’incertitude”, a-t-il conclu, se disant conscient de l’émotion qui y est liée. 

Succession de Dominique Leroy

Il succède à Dominique Leroy, qui avait annoncé son départ début septembre, mais aussi à sa compatriote Sandrine Dufour, la directrice financière de Proximus, qui avait repris de manière provisoire les rênes de l’entreprise dans l’attente de la désignation définitive d’un successeur. Sandrine Dufour, qui avait été CEO ad interim durant la période de transition, avait décidé de ne pas poser sa candidature au poste de CEO de Proximus. 

Un candidat interne “fantastique”

Avant l’intervention du futur CEO, Stefaan De Clerck, président du conseil d’administration de l’opérateur, a reconnu que la période qui avait suivi le départ de l’ancienne administratrice déléguée Dominique Leroy avait été difficile. Et que “beaucoup de travail, de réunions et de débats ont eu lieu” durant ce laps de temps. Tout cela pour aboutir au choix “approprié” d’un candidat interne “fantastique”, dont Stefaan De Clerck a vanté les mérites: “Jeune, créatif, amibitieux, avec un nouveau style et sa propre vision sur les nouvelles technologies et l’entrepreneuriat du futur”.

Il promet de terminer son mandat

Il prédit que le travail de Guillaume Boutin se fera “dans la continuité” de ce qu’a initié l’ancienne administratrice déléguée Dominique Leroy “mais aussi avec des différences”. Le président du CA a aussi souligné que le Français avait des opportunités professionnelles “un peu partout dans le monde” et qu’il avait notamment été sollicité au Royaume-Uni et en Allemagne mais qu’il avait opté pour Proximus. Le principal intéressé assure d’ailleurs qu’il s’engage pour l’intégralité de son mandat à la tête de Proximus, soit six ans. Il lui reste encore à composer son équipe de direction. Dans ce cadre, il s’entretiendra avec Sandrine Dufour, la directrice financière qui a assuré le rôle d’administratrice déléguée ad interim mais qui n’a pas postulé pour le devenir de manière définitive. Elle reprend donc ses fonctions antérieures pour le moment.

Les termes du contrat “sont conformes à ce que le politique considérait comme acceptable”, a encore précise Stefaan De Clerck. Le Français conservera son bonus à long terme, au contraire de Dominique Leroy lorsqu’elle était CEO.

Plein écran
© BELGA

Mise en œuvre du plan de transformation

Le conseil d’administration de Proximus a en outre décidé de démarrer la mise en œuvre du “plan de transformation” malgré le rejet par deux syndicats. “Le conseil d’administration reste convaincu que ce plan de transformation est essentiel pour Proximus, qui doit accélérer sa transformation digitale pour sécuriser l’avenir de l’entreprise, continuer à investir dans les réseaux du futur et répondre aux besoins de ses clients”, souligne Proximus dans un communiqué.

Mettre “fin à l’incertitude qui règne” chez Proximus

Malgré des négociations de longue durée, le conseil d’administration a pris acte de la décision de la majorité des organisations syndicales de ne pas approuver le plan soumis à la commission paritaire et a pris en compte leurs préoccupations. “Dans ce contexte, le conseil d’administration a décidé à l’unanimité de démarrer le plan de transformation sans toucher au cadre de la loi de 1991 et en respectant les procédures prévues dans la législation sociale applicable. De cette façon, tous les employés peuvent être informés de manière individuelle. Cela mettra fin à l’incertitude qui règne aujourd’hui au sein de la société”, explique Proximus.

1.300 fonctions impactées, contre 1.900 en janvier

Ces derniers mois, des solutions ont été trouvées afin de pouvoir réduire considérablement l’effet du plan de transformation sur les collaborateurs des activités impactées, ajoute encore Proximus. Ceci est également le fruit des dernières concertations avec les organisations syndicales concernées. En effet, 1.300 fonctions sont aujourd’hui encore impactées, en forte réduction par rapport au 1.900 annoncées en janvier, insiste l’opérateur.

Un plan de départ volontaire attractif

Afin de réduire le nombre de départs forcés au minimum, l’entreprise a opté pour une diminution des recrutements externes dans le but de créer des opportunités de réorientation interne et pour une valorisation des trajets internes de requalification et de nouveaux postes vacants. Elle proposera en outre un plan de départ volontaire attractif et la possibilité d’opter pour le plan existant “58+”, qui permet aux travailleurs ayant 58 ans et plus à la fin 2020 de partir avec 70 à 75% de leur salaire. Cela pourrait concerner 550 personnes.

Mesures d’accompagnement

Aucun collaborateur statutaire ne devra quitter la société sur une base non volontaire, assure encore Proximus. Des mesures d’accompagnement ont en revanche été définies pour les employés contractuels qui seront amenés à quitter la société sur une base non volontaire. Parmi elles, une période garantie de 6 mois pour pouvoir trouver une autre fonction au sein de l’entreprise, un parcours d’outplacement garanti ou encore un soutien en ressources humaines individuel, liste l’opérateur. La société s’engage enfin à “augmenter considérablement” les investissements dans la formation et à proposer des mesures dans le cadre de la politique des dispositions de fin de carrière pour les autres collaborateurs âgés de plus de 58 ans

Concertation avec les syndicats

Le conseil d’administration encourage par ailleurs la poursuite de la concertation de la direction avec les syndicats dans “un esprit d’ouverture”. Celle-ci continuera d’ailleurs dès ce jeudi afin d’examiner si des éléments de la mise en œuvre du plan peuvent encore être adaptés. “Nous demandons que des efforts soient réalisés pour arriver à un accord”, a d’ailleurs déclaré mercredi soir Stefaan De Clerck, président du CA. Une réunion supplémentaire de la commission paritaire sera en outre organisée le 9 décembre et l’analyse de ces discussions sera mise à l’agenda du conseil d’administration du 12 décembre. 

Plein écran
Guillaume Boutin et Stefaan De Clerck © BELGA