Plein écran

Le grand blond baraqué de Malabar est viré

Plein écran

"Quand y en a marre, y a Malabar", un slogan publicitaire qui rappelle plein de souvenirs à bon nombre d'entre nous. Et avec lui, son fier représentant, le grand blond baraqué grâce auquel les fans du chewing-gum se débarrassaient des méchants ou des adultes qui les contrariaient.

Parfum de nostalgie? Et pour cause, le blond aux muscles d'acier a accompagné les petits depuis 1969, autant dire la plupart d'entre nous. Mais la pub a ses raisons, le marketing aussi: le grand blond Malabar a été viré au profit d'un chat aux lunettes noires et à la cravate jaune, a remarqué Zigonet.

Pour nous, rien ne sera plus jamais comme avant. Pour les enfants, par contre, c'est "trop méga-lol", les chewing-gums aux grosses bulles roses regorgeront de petits tatoos indiquant leur humeur du jour. Dans un esprit décidément très "statut Facebook": "Faut pas me gonfler", "LOL", et autres garniront désormais les bras pas musclés des petits fans de Malabar.

Le slogan, lui, reste le même. Mais le blondinet à la bulle rose rejoint le club des Raider, K7, Bioman et autres bons souvenirs. "Tout fout le camp", n'est-ce pas?

(7sur7Sydney)

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.