Plein écran
Adrien Trebel (Anderlecht) gagne 3 millions d'euros brut par an © Belga

Le statut ONSS privilégié des footballeurs en danger

Une majorité semble se faire jour dans le monde politique flamand pour se pencher sur la question du statut ONSS privilégié dont bénéficient les salaires des footballeurs pros. Outre le CD&V et le sp.a, l'Open Vld a lui aussi préparé une proposition de loi qui vise particulièrement le foot professionnel, affirme samedi Het Laatste Nieuws.

Le moment est arrivé pour supprimer ce statut favorable aux sportifs professionnels, selon plusieurs partis. Actuellement, un sportif pro paie 885 euros par mois de cotisations sociales, même si son salaire annuel dépasse le million d'euros.

"Le monde du football a eu l'occasion, dans la foulée de la dernière affaire de fraude supposée, d'y faire quelque chose mais il ne l'a pas fait", explique Egbert Lachaert (Open Vld). Sa proposition envisage, outre une forte augmentation du forfait actuel, que les clubs paient 10% de cotisations sociales sur les (régulièrement) énormes sommes de transferts.

Le CD&V souhaite prélever 15% de cotisations sociales sur la première tranche salariale, ainsi que des cotisations de solidarités supplémentaires. Celles-ci pourraient grimper progressivement jusqu'à 5%, en fonction du salaire.
Du côté du sp.a, Joris Vandenbroucke propose même de supprimer totalement le statut privilégié. 

Ces propositions seront examinées d'ici peu en commissions finances et affaires sociales de la Chambre.

  1. Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    À l'image de la Française des Jeux (FDJ), qui a fait son entrée à la Bourse de Paris jeudi, le patron de la Loterie nationale verrait bien l'entreprise suivre le même schéma, à Bruxelles cette fois. "Un beau dossier pour l'investisseur belge", estime ainsi Jannie Haek dans les colonnes de L'Echo et De Tijd vendredi. Pour le ministre fédéral de tutelle David Clarinval (MR), une telle opération n'est toutefois "pas à l'ordre du jour".