Plein écran
© Getty Images

Les accises sur les sodas désormais plus élevées que celles sur le vin

Les recettes de la taxe sur les boissons sucrées sont passées de 55 à 175 millions par an en trois ans, soit davantage que les accises sur le vin, rapporte lundi Le Soir.

L'Etat prélève des accises sur les boissons "additionnées de sucre ou d'autres édulcorants", comme le Coca-Cola et les eaux aromatisées. En 2015, 55 millions d'euros d'accises sont entrés dans les caisses de l'Etat. Cela s'est élevé à 175 millions en 2018. C'est davantage que les rentrées prélevées sur les ventes de vin (172 millions) et légèrement moins que la bière (200 millions). Le niveau de taxation a donc triplé en trois ans. 

Le consommateur trinque

Au final, c'est le consommateur qui paie, puisque la hausse des accises a entraîné celle des prix en magasin. Ce qui pousse les Belges à faire leurs courses à l'étranger. L'Etat a en conséquence dû se passer d'une partie de ses recettes prévues, une perte estimée à une grosse vingtaine de millions. Toutefois, cette perte étant moindre que les 120 millions de nouvelles recettes, la hausse des accises reste donc une opération rentable pour l'Etat.

  1. 3 personnes sur 4 font estimer la valeur de leur propriété pour la vente
    Livios

    3 personnes sur 4 font estimer la valeur de leur propriété pour la vente

    75 % des Belges qui vendent un bien immobilier font appel à un courtier professionnel ou à un notaire pour faire estimer correctement la valeur de leur bien. C’est ce que révèle un sondage réalisé par Listen et Immoweb auprès de 2.000 compatriotes ayant vendu une propriété l’an dernier. Point frappant : votre âge détermine en grande partie la façon dont vous abordez le processus d’estimation.
  2. Charleroi investit dans l’éclairage de plusieurs complexes sportifs

    Charleroi investit dans l’éclairage de plusieurs complexes sportifs

    Le jeudi 19 décembre 2019, la Ville de Charleroi à l’initiative de l’échevin des Travaux, Eric Goffart (C+) et l’Opérateur des Réseaux Gaz et Électricité (ORES) avait lancé un vaste plan de remplacement de l’éclairage public à Charleroi. 25.000 points lumineux doivent être remplacés dans les années à venir. Les autorités communales annoncent désormais que les infrastructures sportives vont aussi subir un relifting.