Un centre de distribution Amazon en Allemagne.
Plein écran
Un centre de distribution Amazon en Allemagne. © AFP

Les dangers des objets commandés en ligne

Une enquête menée par Test Achats et cinq autres associations de défense des consommateurs européennes relève que 66 % des articles testés qui avaient été commandés en ligne, comme sur Amazon, Wish, AliExpress ou encore eBay, n'étaient pas sûrs, tous domaines confondus, rapporte La Dernière Heure lundi.

De janvier 2019 à janvier 2020, 250 produits répartis en 18 catégories ont été testés. Plus de six sur 10 d'entre eux présentaient un risque pour la santé. On parle de choc électrique, court-circuit ou risque d'incendie pour des chargeurs USB, d'irritation des gencives pour des produits de blanchiment des dents, d'irritation cutanée suite à la présence de nickel dans certains bijoux ou encore asphyxie causée par des éléments fragiles de certains jouets.

Test Achats monte au créneau

Les différentes associations de défense des consommateurs ont contacté les plateformes en ligne pour retirer certains produits de la vente. "Ils ont été signalés avec la demande urgente de les retirer de la vente. Dans certains cas, le signalement a été rapidement suivi d'effets et ces produits ont été retirés de la vente. Dans d'autres cas, nous avons essuyé un refus ou tout simplement une absence de réponse. Plus inquiétant, nous avons remarqué que certains produits avaient disparu du site avant de revenir, quelques jours plus tard".

Test Achats monte au créneau et demande "une révision de la réglementation actuelle afin de garantir une meilleure sécurité des produits et une plus grande protection du consommateur". "Les plateformes en ligne prennent bien quelques mesures ci et là, mais elles n'ont aucune obligation légale quant à la sécurité des produits qu'elles proposent. Cela doit changer et le consommateur ne doit pas être le seul responsable de l'achat d'un produit dangereux", souligne l'organisme.

  1. Les syndicats dénoncent des entreprises qui abusent du chômage pour leurs malades
    coronavirus

    Les syndicats dénoncent des entrepri­ses qui abusent du chômage pour leurs malades

    La CNE dénonce vendredi des abus de "force majeure" d'entreprises qui placent rétroactivement leurs employés malades au chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus, au lieu de leur verser un salaire garanti, comme le prévoit la législation. Le syndicat chrétien parle d'attitude "révoltante" mais aussi "socialement irresponsable". Le Setca a également connaissance d'entreprises ayant recours au chômage temporaire et qui mettent fin anticipativement au paiement du salaire garanti de leurs malades pour les faire basculer sur la mutuelle.