Plein écran
© thinkstock

Les marges affolantes des supermarchés sur les ventes de produits bios

Alors que Test-Achats sort une étude aux résultats positifs sur les magasins zéro déchets, l’UFC - Que choisir, l’association des consommateurs en France, fustige les bénéfices récoltés par les supermarchés sur leurs ventes de produits bios. Des résultats à mettre en parallèle pour guider ses choix de consommation responsable.

L’UFC - Que choisir est une association indépendante française qui, à travers tests, enquêtes et lobbying, informe et défend les droits des consommateurs. Dans une enquête publiée le 22 août, l’association dénonce les sur-marges excessives pratiquées par les supermarchés sur les prix de leurs produits bios en comparaison avec les produits conventionnels.

Vingt-quatre fruits et légumes, les plus achetés et consommés par les français, ont été analysés. En moyenne, les marges sur les produits bios seraient 75% plus élevées! Les fruits et légumes les plus achetés auraient même une sur-marge supérieure aux autres. Pour la pomme, par exemple, la sur-marge par rapport au prix fixé par l’agriculteur est de +149%, pour la tomate de +109% mais la palme revient au poireau avec +165%.

Pour une pomme, par exemple, avec un prix d’achat en conventionnel de 2,04€/kg, la marge prise par le supermarché sera de 0,87€/kg alors que le prix fixé par l’agriculteur est de 1,06€/kg. Pour un kilo de pommes bios, le prix d’achat sera de 4,19€/kg, la marge de 2,17€/kg alors que le prix agricole est de 1,80€/kg.

Où aller faire ses courses?

Des bénéfices qui ne profitent donc, selon l’association, qu’aux supermarchés et non aux agriculteurs auprès desquels ils se fournissent. Mais où donc aller faire ses courses? L’association conseille d’aller faire ses courses au plus proche de la source, dans des coopératives, des magasins bios ou directement chez les agriculteurs quand c’est possible. Selon l’enquête, les prix des fruits et légumes seraient même de 19% moins élevés dans les magasins bios spécialisés que dans les supermarchés.

Une direction validée par Test-Achats

Des conseils qui ont également été donnés par Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test-Achats lors de son passage en juillet sur La Première. Si les différences de prix sont estimées, en moyenne, à +35% et +45% entre les fruits et légumes bios vendus dans les magasins zéro déchets et ceux des supermarchés conventionnels, ce n’est pas le cas pour tous les produits. Certains, comme les lentilles, les pommes de terre ou les poires, seraient moins chers dans les magasins en vrac qu’ailleurs. Une sélection à faire donc au cas par cas, peut-être, en fonction du budget de chaque consommateur.