Plein écran
© photo_news

Les membres du syndicat chrétien reprennent progressivement le travail

Grève chez LidlLa proposition formulée dans la nuit de vendredi à samedi par la direction de Lidl est accueillie positivement par les membres du syndicat chrétien LBC-NVK (pendant néerlandophone de la CNE) et le travail reprend progressivement sur plusieurs sites. Les verts craignent que leurs homologues socialistes du BBTK/SETCa perturbent la réouverture des enseignes et parlent de "comportement irresponsable". "Nous nous demandons si le syndicat socialiste n'a pas un agenda caché et oublie les intérêts des travailleurs", a réagi Johan Lippens de l'organisation chrétienne.

Selon le permanent, l'offre de la direction correspond "à la virgule près" à ce que le front commun a demandé mercredi. Le syndicat chrétien défend dès lors la proposition devant ses membres, qui ont repris le travail à plusieurs endroits. "Les travailleurs reprennent leur service afin que les magasins soient prêts pour l'ouverture de lundi matin. Mais nous ne sommes pas naïfs, nous partons du principe que le BBTK va nous en empêcher", explique M. Lippens.

Le syndicat libéral CGSLB informe également ses affiliés samedi matin, mais ne dispose pas d'informations quant au nombre de personnes qui ont repris leur poste. "Les travailleurs sont libres de choisir s'ils participent aux actions spontanées ou non. Nous ne sommes pas en train de les mobiliser", explique Thomas Vanbiervliet.

Du côté socialiste, les membres semblent suivre la recommandation du syndicat, qui rejette l'accord car celui-ci ne couvre qu'une période de six mois, a indiqué la vice-présidente de l'organisation Myriam Delmée. Samedi matin, une centaine de magasins ainsi qu'au moins deux dépôts (Courcelles et Marche-en-Famenne) étaient fermés.

  1. Perquisition au siège de Carrefour à Evere

    Perquisiti­on au siège de Carrefour à Evere

    La chaîne de supermarchés Carrefour a confirmé qu'une perquisition avait été effectuée lundi à son siège d'Evere. L'auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) a indiqué qu'il effectuait des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation". Une porte-parole de Colruyt a précisé que l'entreprise n'était pas concernée. Personne n'a encore pu être joint chez Delhaize et Albert Heijn.
  2. L'Autorité de la Concurrence mène des perquisitions dans la grande distribution

    L'Autorité de la Concurren­ce mène des perquisiti­ons dans la grande distributi­on

    L'Auditorat de l'Autorité belge de la Concurrence (ABC) procède actuellement à des perquisitions auprès d'entreprises actives dans le secteur de la grande distribution "suspectées d'avoir mis en œuvre des pratiques anticoncurrentielles dans le cadre d'une alliance d'achats relative à des produits de grande consommation", a-t-il annoncé lundi. Ces pratiques pourraient constituer des infractions au code de droit économique et/ou au traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE).