Plein écran
Poussés hors des marchés par les Bourses hésitantes voire déprimées par les incertitudes liées aux tensions commerciales USA-Chine et au Brexit qui s'annonce, les Belges se sont tournés vers leur valeur refuge: le cash. © getty

Les millionnaires belges aiment toujours plus le cash, et vous?

Un peu moins d'un Belge sur cent pouvait se targuer l'an dernier d'être millionnaire en dollars. Un chiffre qui reste assez stable, selon l'analyse faite par la société de consultance Capgemini, qui publie mardi son 23e rapport sur la richesse mondiale.

La Belgique comptait 122.300 millionnaires en dollars (hors résidence principale et pièces de collection) l'an dernier. Si cela représente une légère baisse (de 0,2%) par rapport à 2017, le Plat pays fait mieux que le reste du monde où le déclin du nombre de millionnaires s'élève à 0,3%, mais pour une valeur en chute de 3%; alors que les avoirs des Belges restent comparables, selon Robert van der Eijk de Capgemini. 

Chez nous, on aura noté l'an dernier un grand appétit pour le cash comme valeur sûre. Poussés hors des marchés par les Bourses hésitantes voire déprimées par les incertitudes liées aux tensions commerciales USA-Chine et au Brexit qui s'annonce, les Belges se sont tournés vers leur valeur refuge: le cash. Les avoirs en devises représentaient 31,9% du matelas des millionnaires, tandis que le capital boursier ne pesait plus que pour 22,2%. 

L’immobilier comme valeur sûre, rattrapé par la vague verte

Fidèle à sa réputation, le Belge a également pu compter sur sa brique dans le ventre (l'immobilier, hors résidence principale, comptait pour 15,5% des avoirs) pour se rassurer dans une situation plutôt morne à l'international; le marché immobilier s'étant plutôt bien porté en Belgique. Enfin, il n'échappait pas à la "vague verte" puisque les investissements alternatifs - dont les durables - pesaient aussi pour 14,5% du portefeuille moyen des fortunes du pays, dépassant de cette manière toutes les moyennes continentales. 

A titre de comparaison, au niveau mondial, les avoirs se répartissaient notamment entre 27,9% pour les liquidités, 25,7% en capital boursier, 15,8% en biens immobiliers et 13% (en hausse notable de 3,6 points de pourcentage) pour les investissements alternatives. 

Comme écrit plus haut, la planète a perdu quelques millionnaires l'an dernier, mais surtout, ceux-ci ont perdu quelques milliards. La valeur du capital des plus riches est passée de 70,2 billiards de dollars en 2017 à 68,1 l'an dernier. L'Afrique est la région analysée dans laquelle les millionnaires ont perdu le plus d'argent au cours de l'année (-7,1%) avec celle d'Asie-Pacifique (-4,8%). Leurs homologues du Moyen-Orient se sont eux encore un peu plus enrichis (+4,3%). A l'échelle mondiale, la catégorie supérieure (personnes qui détiennent plus de 30 millions de dollars), qui représente moins d'1% de la population des millionnaires mais qui en détient 33,7% du capital, a vu s'envoler beaucoup d'argent: leurs pertes ont représenté 75% des toutes les pertes des millionnaires confondus.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.