Plein écran
Les obligations d'Etat © Shutterstock

Les obligations d’Etat sont-elles encore intéressantes de nos jours?

EconomieAu mois de juin, l’Agence de la Dette n’émettra pas de bon d’Etat. Voilà ce que cette institution a annoncé hier. Cette décision s’explique par les rendements bas des émissions précédentes. Mais en quoi consiste une obligation d’Etat? Pourquoi est-elle encore populaire auprès de certaines personnes? N’y a-t-il pas de meilleures alternatives pour vos épargnes? Nous avons examiné ceci.

Un titre de créance

Une obligation est un prêt émis par une entreprise afin d’attirer du capital supplémentaire. S’il s’agit d’un titre de créance du gouvernement, nous parlons d’un ‘bon d’Etat’. Pendant toute la durée du prêt, le gouvernement s’engage à payer un taux d’intérêt prédéterminé sous la forme d’un coupon. Ceux qui y souscrivent, récupéreront à l’échéance l’entièreté de leur capital investi, sauf si l’émetteur fait faillite ou n’effectue plus ses paiements. Normalement, l’Agence de la Dette émet un bon d’Etat 4 fois par an, mais elle déroge donc à nouveau à cette règle suite au rendement potentiel trop bas.

Découvrez ici tous les comptes d’épargne avec les meilleurs rendements.

La certitude et le patriotisme

Le succès antérieur des obligations de l’Etat belge s’explique entre autres par les risques limités qui y sont liés. Il est peu probable que notre pays ne respecte plus ses obligations. Bien que les coupons intéressants de 4% ou plus datent déjà d’il y a quelques années, leur rendement est encore toujours plus élevé que celui de la plupart des comptes d’épargne. Les obligations d’Etat ne requièrent qu’un dépôt minimal limité. Bien entendu, les vrais patriotes parmi nous préfèrent confier leur argent à l’Etat belge, plutôt qu’à une institution bancaire commerciale. En outre, contrairement aux actions, le taux d’intérêt fixe sur 10 ans offre de la clarté et de la certitude.

Les frais

Un précompte mobilier de 30% est d’application sur les intérêts. Il réduit considérablement le rendement réel. Il est incontestable que les taux resteront encore bas durant un certain temps, mais qu’en sera-t-il au bout de 10 ans? Ceux qui investissent sur une durée de 10 ans, ne peuvent pas anticiper des taux d’intérêt à la hausse.

Un marché secondaire

Bon à savoir: il existe également un marché secondaire pour les obligations d’Etat, sur lequel les obligations émises antérieurement sont négociées: les investisseurs achètent des obligations et vendent des obligations qu’ils ont eux-mêmes achetées à un certain prix. Ainsi, il est donc également possible de spéculer sur les obligations d’Etat. Malheureusement, les taux bas exercent une pression à la hausse sur les cours des obligations. Cela réduira les chances d’obtenir un rendement résiduel positif pour les obligations d’Etat européennes. Le prix et le rendement net sont entre autres déterminés par le cours actuel, la commission (0,5% en général), les coupons à payer et le précompte mobilier. 

Les alternatives

Les banques classiques affichent plusieurs comptes à terme avec un taux net supérieur, même pour une plus courte durée. C’est entre autres le cas d’Izola Bank, de CKV et de Deutsche Bank. Par ailleurs, une assurance-épargne est une alternative envisageable pour ceux qui n’auront pas besoin de leurs épargnes durant au moins 8 ans. Les optimistes optent pour le compte d’épargne en attendant que les taux d’intérêt augmentent à nouveau. En comparant comme il se doit, vous découvrirez des comptes d’épargne qui accordent un rendement global de 0,80% ou plus.

Comparez ici les comptes à terme avec une durée de 10 ans.

Lisez également:

Vos épargnes, que vous rapporteront-elles au bout de 10 ans?

De quoi devez-vous tenir compte en recherchant un fonds d’investissement?

Des réserves financières suffisantes? Voici ce que vous devez mettre de côté

Source: Guide-epargne.be