Un avion de la compagnie Lufthansa à l'aéroport de Francfort.
Plein écran
Un avion de la compagnie Lufthansa à l'aéroport de Francfort. © AFP

Lufthansa en passe d’être sauvée

Mise à jour Le gouvernement allemand et Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, sont très proches d’un accord visant à sauver le premier groupe européen de transport aérien, plombé par l’impact du nouveau coronavirus, a annoncé mercredi soir la chancelière Angela Merkel.

“Le gouvernement mène de manière intense des discussions avec l’entreprise et la Commission européenne, une décision est attendue sous peu mais je ne peux pas donner de détails sur les discussions en cours”, a déclaré Mme Merkel lors d’une conférence de presse à Berlin à propos de ce plan, qui pourrait aboutir à une nationalisation partielle de la compagnie.

Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel et la chaîne d’information allemande en continu n-tv, les partis de la coalition gouvernementale de la chancelière se sont désormais mis d’accord sur le contenu du plan de sauvetage proposé à la compagnie, qui doit à présent encore l’approuver.

Il est prévu que l’Etat allemand nationalise partiellement le premier groupe européen de transport aérien, actuellement cloué au sol par la pandémie, en prenant une minorité de blocage de 25% du capital plus une action, et en apportant de l’argent frais en plus, dans le cadre d’une aide globale s’élevant à quelque 9 milliards d’euros, selon ces médias.

L’Etat disposerait de deux sièges au conseil de surveillance pour avoir son mot à dire.

Ce plan de sauvetage était l’objet depuis plusieurs semaines d’âpres négociations, y compris au sein du gouvernement, entre les sociaux-démocrates qui tiennent le ministère des Finances et les conservateurs de la chancelière.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.